À propos

Le projet ès lettres

Le projet ès lettres est co-porté par la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne et le Centre Lucien Febvre (université de Franche-Comté), en association avec plusieurs autres partenaires. Il se consacre à l’étude et à la valorisation des thèses de doctorat ès lettres soutenues en France au XIXe siècle et se fixe plusieurs objectifs :

  • rassembler des informations relatives aux thèses, actuellement dispersées entre de multiples sources ;
  • procéder à la numérisation de ces thèses et préparer celle de documents qui leur sont associés (notamment les rapports de soutenance) ;
  • constituer une base de données en ligne ;
  • élaborer une bibliographie générale et spécialisée sur ces thèses.


Le projet s’appuie sur la collection des thèses de doctorat ès lettres conservée par la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS), quasi exhaustive jusqu’en 1939 au moins. Il se centre sur la période 1810-1898, pour laquelle 2125 thèses sont conservées (dont 1 704 soutenues à Paris).
Le projet est soutenu financièrement par le GIS CollEx-Persée. Le terminus ad quem de 1898 s’explique par la soutenance, cette année-là, des premières thèses de doctorat d’université, nouveau titre créé dans le but d’attirer les étudiants étrangers. De premières soutenances dans ce nouveau cadre se sont tenues en 1899.

 

L’exploration des sources

Le premier volet du projet entend rassembler un grand nombre d’informations relatives aux thèses de doctorat et à leurs auteurs, informations actuellement dispersées entre de multiples sources : Archives nationales (séries AJ/16 et F/17), archives départementales, etc. Concernant les thèses elles-mêmes, sont relevées les données suivantes : titre, langue, éventuelle dédicace, lieu d’édition, date d’édition, lieu d’impression, date d’impression, date de validation par le doyen, date d’approbation (autorisation d’impression donnée par le recteur), pagination, format, cote du document à la BIS, auteur commenté (en cas d’édition scientifique), nom du doyen ayant validé, nom du recteur ayant approuvé, rapporteur éventuel, nom des membres du jury, dédicataire, personnes remerciées, éditeur ou maison d’édition (nom, adresse, ville), imprimeur ou imprimerie (nom, adresse, ville), établissement de soutenance, mention, obtention de l’unanimité ou non. Concernant les auteurs : nom, prénoms, date de naissance, lieu de naissance, date et lieu d’obtention de la licence, titres universitaires tels que l’agrégation ou le titre d’ancien élève de grande école, éléments de carrière. Sur ce point, le projet reprend et étend les travaux lancés à l’initiative de Françoise Huguet au service d’histoire de l’éducation de l’Institut national de la recherche pédagogique (INRP).

 

La numérisation

Le second volet correspond à une opération de numérisation et d’océrisation de l’ensemble du corpus des thèses, pour valoriser le fonds et encourager son étude. Cette opération est assurée par la Bibliothèque nationale de France (BnF), à travers la filière « partenaires » de son marché de numérisation : à terme, les thèses seront donc disponibles dans Gallica – ce qui permettra de garantir leur conservation pérenne et d’améliorer leur visibilité – et seront regroupées à l’intérieur d’une collection spécifique, de manière à faciliter les recherches et la fouille de texte. Les thèses du XIXe siècle sont toutes destinées à être numérisées, mais étant donné l’ampleur du chantier, seule une partie des thèses parisiennes sera traitée dans un premier temps, pour un total d’environ 100 000 pages. Il est en outre prévu de numériser une série de documents associés, en particulier les rapports de soutenance qui peuvent être retrouvés aux Archives nationales. Actuellement, 798 thèses sont numérisées ou en cours de traitement par la BnF.

 

La base de données

 

À partir de ces éléments, l’objectif est de constituer une base de données relationnelle en ligne, permettant aux chercheurs et chercheuses comme aux simples curieux et curieuses de retrouver facilement les informations recueillies et leur source, et donnant accès, via des liens, aux images numérisées des thèses et documents associés (portraits de thésards et de professeurs, notices biographiques, articles de périodiques…) stockées sur diverses plateformes. La base de données elle-même, construite en langage de requête structuré (SQL), est créée sur Heurist, service gratuit en open source recommandé par l’infrastructure de recherche Huma-Num, qui en est l’hébergeur français. Elle est consultable en ligne à l’adresse suivante : https://eslettres.bis-sorbonne.fr/.

Cette base est reliée à des référentiels, en particulier Wikidata et la plateforme IdRef, gérée par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (Abes), qui fournit des identifiants stables et pérennes permettant d’identifier sans ambiguïté les personnes (physiques et morales), les lieux, les concepts et les œuvres liés à une ressource donnée. Ainsi, les données consolidées pourront être reversées en masse dans les notices bibliographiques du catalogue Sudoc à la fin du projet. La base de données sera aussi reliée à d’autres projets et ressources, comme le Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle (DEF19), la France savante, annuaire prosopographique des membres de sociétés savantes créé par le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), les dictionnaires biographiques publiés par l’INRP et mis en ligne sur la Bibliothèque historique de l’éducation. Pour permettre la meilleure intégration possible de ces données liées issues de diverses ressources, ainsi que leur interopérabilité, le modèle de données est conçu selon les normes FRBR (pour « Functional Requirements for Bibliographic Records », soit « fonctionnalités requises des notices bibliographiques ») de représentation des documents.

 

Pour une présentation détaillée du projet : Pierre Verschueren et Cécile Obligi, « Le projet ès lettres : premiers jalons pour une socio-histoire des docteurs ès lettres », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 39 | 2021, mis en ligne le 05 novembre 2021, URL : http://journals.openedition.org/rhsh/6672 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.6672

 

Légende des images : Diplôme de docteur ès lettres de Jules Michelet, 1819, Paris, Musée Carnavalet, AUT258, https://www.parismuseescollections.paris.fr/fr/musee-carnavalet/oeuvres/diplome-de-docteur-es-lettres-27-aout-1819#infos-principales ; Certificat d’aptitude d’Emile Gebhart, 1860, Archives nationales, F/17/5552 ; Page de titre de la thèse de Guillaume Anne Patru “De la Philosophie du moyen âge depuis le VIIIe siècle jusqu’à l’apparition en Occident de la physique et de la métaphysique d’Aristote”, 1848, Gallica, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5328510v ; capture de la base de données Heurist du projet.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search