“Dépouillement et (re)modélisation : collaborer autour de sources incertaines dans le cadre du projet ès lettres” par Lucie Lachenal, Alyx Taounza-Jeminet et Pierre Verschueren

Le colloque annuel #dhnord, organisé par la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société, avait cette année pour thème « travailler en humanités numériques : collaborations, complémentarités et tensions ». La présentation du projet ès-lettres dans ce cadre a permis d’exposer les dynamiques à l’œuvre et les problématiques rencontrées par les membres de l’équipe.

Résumé de l’intervention

Co-porté par Pierre Verschueren (Université de Franche-Comté) et Cécile Obligi (Service de la valorisation numérique des collections et du soutien à la recherche, Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne), « ès lettres » est un projet d’étude et de valorisation des thèses de doctorat ès lettres soutenues en France au XIXe siècle. Financé par le GIS CollEx-Persée, il est centré sur la période chronologique 1810-1898 et aboutira en septembre 2022 à la mise en ligne d’un site internet proposant l’exploration d’une base de données complexe. La conception et la mise en œuvre de ce nouvel outil, destiné au monde de la recherche mais aussi à un plus vaste public, repose sur deux actions indissociables : la recherche de sources et la modélisation des données découvertes. La complémentarité de ces deux missions nécessite un ajustement permanent des modèles initialement conçus et des objectifs de dépouillement, pour mettre en valeur ces travaux universitaires, les différents agents qui en furent partie prenante (auteurs, professeurs, doyens, inspecteurs, éditeurs), ainsi que la grande diversité des documents les concernant, mis au jour par les dépouillements. Ces adaptations concernent également l’équipe du projet. La crise sanitaire a, ici comme ailleurs, énormément perturbé les conditions de travail. L’équipe et la répartition des tâches ont évolué : cet enjeu central de la gestion du projet se retrouve en filigrane dans chaque aspect de notre travail. Nous aborderons ainsi les interactions, les points de contact mais aussi d’achoppement de ce travail collectif et interdisciplinaire impliquant différents métiers.

Faire l’histoire du doctorat ès lettres : documenter, modéliser, numériser/valoriser
Comme l’avait constaté Émile Durkheim, c’est la délivrance des grades, c’est-à-dire la mise en place d’un contrôle juridiquement certifié d’un corpus donné de savoirs et de compétences, qui distingue fondamentalement l’université des institutions d’enseignement qui l’ont précédée. Or au sein du système universitaire tel qu’il se cristallise au courant du XIXe siècle, l’un de ces grades, le doctorat, acquiert une importance spécifique, d’une part comme certifiant la capacité à produire des savoirs nouveaux, d’autre part comme barrière et niveau régulant l’accès au corps universitaire lui-même. Le doctorat se trouve ainsi à l’interface entre le système de production des savoirs scientifiques et le système de reproduction des élites intellectuelles, et constitue un observatoire de l’institutionnalisation des disciplines. Pourtant, il reste à ce jour très peu exploré par l’historiographie, par manque d’outils pour aborder une documentation à la fois massive et dispersée.
Partant de là, « ès lettres » vise tout d’abord à rassembler des informations relatives aux thèses, actuellement dispersées entre de multiples sources, puis à procéder à la numérisation de ces thèses tout en préparant celle de documents qui leur sont associés (notamment les rapports de soutenance). Il s’agit en outre d’élaborer une bibliographie à la fois générale et spécialisée sur ce corpus, de constituer une base de données en ligne reliée à des référentiels à partir de l’ensemble de ces éléments, et enfin de valoriser scientifiquement ces matériaux. En effet, le corpus des thèses ès lettres du XIXe siècle dont la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne possède une collection quasi exhaustive, est au cœur du projet. Leur numérisation et leur exploitation sont donc des enjeux de taille tant pour la recherche que pour la bibliothèque elle-même. Cette numérisation d’ampleur est en partie réalisée en collaboration avec une institution partenaire, la BnF. Par ailleurs, plusieurs éléments viennent complexifier l’exploration de cette collection, comme l’absence de documents au catalogue numérique, l’existence de collections non indexées, etc.

Des réajustements cycliques au service d’informations fiables, précises et sourcées
La nécessité d’une adaptation en continu est liée aux incertitudes des recherches en archives, les informations récoltées étant souvent incomplètes ou hétérogènes à l’échelle du corpus. Le travail de dépouillement a d’abord porté sur plusieurs fonds repérés en amont parmi les archives de l’Académie de Paris (sous-série AJ/16) et du Ministère de l’Instruction Publique (sous-série F/17) conservées aux Archives nationales. Les premiers dépouillements ont fourni des informations qui ont demandé des investigations complémentaires. Celles-ci ont réservé de bonnes surprises et ont fait émerger d’autres types de documents à prendre en considération, impliquant une reprise du modèle conceptuel tout en faisant apparaître de nouveaux questionnements. L’objectif fixé est d’apporter des données les plus fiables et les plus complètes possible à la communauté scientifique.
La question du croisement entre le dépouillement des sources et la construction de la base de données est essentielle. Ce travail est le nœud de la collaboration entre l’ingénieure d’études chargé des dépouillements Lucie Lachenal et l’ingénieure en humanités numériques Alyx Taounza-Jeminet, chargée de constituer la base de données. Le travail commun, auquel participent également très activement les historiens Pierre Verschueren et Arnaud Desvignes, ne peut réussir sans une mise en commun (par exemple des ressources, ouvrages, bibliographies et bases de données existants) et un transfert des connaissances techniques et théoriques. Ainsi, un apprentissage des outils numériques a permis une meilleure entente et collaboration : OpenRefine et Heurist sont les deux clés de ce travail et à ce titre doivent pouvoir être maniés par les membres de l’équipe projet.

A propos de du colloque DH Nord 2022 « Travailler en humanités numériques : collaborations, complémentarités et tensions » : https://premc.org/dhnord2022/

Argumentaire du colloque : https://www.meshs.fr/page/dhnord2022_aac

Légende : Alyx Taounzat-Jeminet, Guillaume Porte (projet Synthèses), Modélisation FRBR du projet ès-lettres réalisé sous X-Mind, septembre 2021



Citer ce billet
Lucie Lachenal (2022, 1 juillet). “Dépouillement et (re)modélisation : collaborer autour de sources incertaines dans le cadre du projet ès lettres” par Lucie Lachenal, Alyx Taounza-Jeminet et Pierre Verschueren. ès lettres. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oion

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search