Colloque “La thèse et le doctorat : Socio-histoire d’un grade universitaire (XIXe-XXIe siècle)” : Programme

Présentation

Construisant sur les acquis du projet ès lettres, ce colloque entend poser les jalons d’une étude sociohistorique des différentes formes de doctorat, s’intéressant aux mécanismes sociaux de formation à la recherche et aux fonctions sociales de ces mécanismes, aux enjeux sociaux et politiques qu’ils constituent, aux parcours et trajectoires des docteurs, afin de contribuer à une historicisation des règles, trop souvent naturalisées, du jeu académique. Il aborde des questions touchant la construction des disciplines et la mise en place des systèmes universitaires modernes comme leurs métamorphoses les plus récentes (la massification, pour citer un seul exemple), à partir de cas à échelle européenne. Le colloque pourra être suivi à distance si vous vous signalez à colloquedoctorat@gmail.com.

Programme

Jeudi 8 septembre 2022

8h15 : accueil

  • 8h30-9h00 : ouverture du colloque par les porteurs du projet ès lettres, Pierre Verschueren et Cécile Obligi [sous réserve]
  • 9h00-9h30 : Anne Rohfritsch (Archives nationales), « Sources pour l’histoire des thèses de doctorat dans les fonds d’archives publiques ».

9h30-12h00 : Parcours et structures

  • Pierre Verschueren (Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté), « Du rhéteur à l’érudit : Docteurs et doctorats ès lettres avant la Troisième République ».
  • Amélie Puche (CREHS, université de Lille), « Les femmes et le doctorat ès lettres sous la Troisième République ».
  • Hervé Joly (Triangle, CNRS), « Les polytechniciens docteurs. Une formation complémentaire longtemps accidentelle (XIXe-XXe siècles) ».
  • Pierre Bataille (LARAC, université Grenoble-Alpes), « La longue marche des ENS vers le doctorat. Une socio-histoire du champ académique français post-1968 au prisme de l’accès des normalien·nes à la carrière académique ».
  • Sylvain Ville (CHSSC, université Picardie Jules Verne) et Stéphan Mierzejewski (CIREL, université de Lille), « Genèse d’un clivage. La production des premières thèses en STAPS comme indicateur des relations entre les “sciences de la vie et de la santé” et les “sciences de l’homme et de la société” » (1982-1992) ».

12h00 – 13h30 : pause déjeuner

13h30-15h30 : « Le docteur qui venait de l’Est »

  • Thomas Hippler (HisTeMé, université de Caen Normandie), « La thèse de doctorat allemande comme modèle au XIXe siècle ».
  • Florea Ioncioaia (université de Iasi), « Conversion sociale et transfert culturel : les roumains docteurs en droit de l’Université Paris (1840-1940) ».
  • Eva Guigo-Patzelt (Sirice, Sorbonne Université), « Rester propagandiste ou devenir docteur ? Ambitions et obstacles dans le parcours d’universitaires est-allemands ».
  • Elen Guy (LinCS, Adoc Mètis), « La co-tutelle de thèse, un grain de sable dans la coopération scientifique franco-allemande ? Cas d’étude : les universités du Rhin supérieur (EUCOR) des années 1990 à aujourd’hui ».

16h00-18h30 : Les enjeux de l’encadrement

  • Stéphanie Tralongo (Centre Max Weber, université Lyon 2), « La socialisation des doctorants à l’heure de la normalisation : des déstabilisations disciplinaires variables ».
  • Luc Sigalo Santos (LEST, Aix-Marseille Université) et Vincent Lebrou (CRJFC, université de Franche-Comté), « Pourquoi et comment encadrer des thèses ? Premiers résultats d’une enquête exploratoire sur l’encadrement doctoral en France ».
  • Flavie Le Bayon (Céreq, LEST), « Le processus (s)électif de fabrique institutionnelle des parcours et projets professionnels des candidats au doctorat et doctorants devenus jeunes docteurs ».
  • Jérôme Lamy (CESSP, CNRS) et Marion Maisonobe (Géographie-cités, CNRS), « La forge des pairs. Les relations entre membres de jurys de thèse, une comparaison des pratiques de co-publication dans trois disciplines (Toulouse, 2003-2008) ».
  • Jean-Claude Ruano-Borbalan (HT2S, CNAM), « La formation doctorale : étude globale ».

Vendredi 9 septembre 2022

9h00-10h30 : Perspectives disciplinaires 1 – Histoire et géographie

  • Jean-Paul Barrière (Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté), « Modes et travaux : le choix des sujets dans les thèses ès-lettres d’histoire en français de la seconde moitié du XIXe siècle ».
  • Jean-François Condette (IRHIS, université de Lille), « La thèse de doctorat comme outil d’affirmation d’un champ disciplinaire : la difficile promotion de la géographie (1808-1939) ».
  • Arnaud Desvignes (CHXIX), « Les thèses de doctorat d’histoire à la Sorbonne post-1968 au miroir des comptes rendus de soutenance et des souvenirs des acteurs concernés ».

10h30-12h00 : Perspectives disciplinaires 2 – Sciences Politiques

  • David Rotman (ISP, université Paris-Nanterre) et Catherine Leclercq (GRESCO, université de Poitiers), « Le doctorat comme enjeu de luttes dans le processus d’institutionnalisation d’une discipline. Le cas de la science politique en France ».
  • Yves Déloye (Centre Émile Durkheim, Sciences Po Bordeaux), « Un coup de force doctoral : la contribution du Cycle supérieur d’études politiques à la professionnalisation de la science politique française ».
  • Antonin Cohen (ISP, université Paris Nanterre), « L’Europe du doctorat. Recenser les thèses sur la construction européenne ou recruter les futures élites de la Communauté européenne ? ».

12h00 – 13h30 : pause déjeuner

13h30-15h00 : Perspectives disciplinaires 3 – Arts

  • Lucie Lachenal (BIS), « Les premières thèses de doctorat ès-lettres en histoire de l’art (1877-1932) : quels enjeux pour une discipline nouvelle ? ».
  • Rodrigue Tissot (LaSA, université de Franche-Comté), « Le doctorat, enjeu de profession ? L’exemple des doctorats “en chocolat” (le cas des disciplines artistiques) ».
  • Antoine Idier (Sciences Po Saint-Germain-en-Laye), « L’invention récente d’un “nouveau” doctorat : les doctorats de recherche et création artistiques dans les écoles supérieures d’art françaises ».

15h30-17h30 : Perspectives disciplinaires 4 – Philosophie

  • Matthieu Béra (IRDAP, université de Bordeaux), « La soutenance de thèse d’Émile Durkheim ».
  • Thibaud Trochu (STL, université de Lille), « Quelle “aptitude à l’enseignement supérieur” en philosophie ? Les pratiques dans l’entre-deux-guerres d’après les archives ».
  • Martin Dutron (université catholique de Louvain), « Les premières en dignité ? Les thèses de doctorat en théologie soutenues au sein des universités catholiques françaises. Les cas des facultés de Lyon, Paris et Toulouse (1888-1940) ».
  • Victor Collard (CESSP, EHESS), « Les thèses consacrées à Spinoza comme révélateur. Intégration académique et position dans le champ ».

17h30 : conclusion du colloque

18h00 : fin de la deuxième journée

Comité d’organisation

Pierre Bataille (université Grenoble Alpes), Arnaud Desvignes (Centre d’histoire du XIXe siècle), Cécile Obligi (BIS), Pierre Verschueren (université de Franche-Comté).

Comité scientifique

Jean-Paul Barrière (université de Franche-Comté), Pierre Bataille (université Grenoble Alpes), Hélène Blais (École normale supérieure), Claire Bonnard (université de Bourgogne), Laurence Buchholzer (université de Strasbourg), Jean-Luc Chappey (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Christophe Charle (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Jean-François Condette (université d’Artois), Charles Coustille (université Gustave Eiffel), Antonin Durand (Institut Migration), Wolf Feueurhahn (CNRS), Jean-Charles Geslot (université Versailles-Saint-Quentin), Jean-François Giret (université de Bourgogne), Michel Grossetti (CNRS), Lucie Lachenal (BIS), Marion Maisonobe (CNRS), Pierre-Michel Menger (Collège de France), Boris Noguès (École normale supérieure de Lyon), Emmanuelle Picard (École normale supérieure de Lyon), Yann Renisio (CNRS), Thibaud Trochu (université de Lille), Guillaume Tronchet (IGESR).

Informations pratiques

Le colloque se tiendra à La Sorbonne, salle Liard.
Entrée au 1, rue Victor Cousin – 75005 Paris

Contact
Pierre Verschueren
courriel : pierre [dot] verschueren [at] univ-fcomte [dot] fr

Légende : Alexis Lemaistre, Henri-Théophile Hildebrand, “Soutenance de thèse”, gravure de presse d’après gravure sur bois, 15,5 x 26,6 cm, “Le Journal de la Jeunesse”, premier semestre 1888, p. 377, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k423858b/f380.item.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search