Rouvrir le dossier (1) : les premiers temps du doctorat ès lettres (1810-1830)

 

Les mots « baccalauréat », « licence » ou « doctorat » sont séculaires[1], mais les fonctions des titres universitaires qu’ils désignent ont varié ; elles ont en particulier radicalement changé après la période révolutionnaire. Une longue période de lente dévaluation sociale des titres universitaires, aux XVIIe et XVIIIe siècles[2], se clôt alors avec la dissolution des universités par la Convention, le 15 septembre 1793. C’est, dès lors, à partir d’une tabula rasa, ou presque, que l’Empire, par la loi du 10 mai 1806[3] et surtout le décret du 17 mars 1808[4], recristallise un système d’enseignement supérieur autour des grades et de leur collation, en en faisant – ou refaisant – des certificats de compétence organisant les carrières enseignantes et non plus – seulement – des marqueurs de conformité sociale et idéologique ou des rites d’institution marquant l’entrée dans une corporation. Le plus élevé de ces grades, le doctorat, est un observatoire éclairant des tensions et des contradictions des premiers temps du nouveau système d’enseignement qui se met alors en place en France.

L’empire de l’oralité

La rupture napoléonienne est singulièrement forte s’agissant des anciennes facultés des arts : si elles étaient considérées pendant l’Ancien Régime comme propédeutiques aux facultés supérieures de théologie, droit et médecine, les institutions qui leur succèdent, à savoir les facultés des lettres et des sciences, sont symboliquement au même niveau que leurs homologues. L’une des marques les plus visibles de cette promotion est le remplacement du terme « maîtrise » par celui de « doctorat » pour désigner le grade le plus élevé qu’elles puissent décerner. Mais dans la lignée de la maîtrise ès arts, ce titre n’est alors conçu qu’en fonction de son rôle de barrière et de niveau[5] régulant l’accès au sommet de la hiérarchie de la corporation universitaire – c’est-à-dire, en ce début du XIXe siècle, le professorat de belles-lettres des lycées, celui des facultés, le provisorat et l’inspection académique[6]. Il n’est pas question de faire progresser le savoir ou la science : pour Napoléon Ier et ses conseillers, c’est là une mission de l’Institut, d’institutions spécifiques comme le Collège de France, le Muséum d’histoire naturelle ou l’Observatoire de Paris, mais pas des facultés des sciences et des lettres, dont les cours « sont la suite et le complément des études du lycée »[7].

Dans ce cadre, le doctorat doit surtout permettre de démontrer une certaine habileté rhétorique et argumentative, une maîtrise des savoirs et pratiques canoniques : les deux thèses que soutient chaque candidat, l’une en latin concernant la « philosophie », l’autre en français touchant la « littérature ancienne et moderne[8] », prennent la forme de textes programmatiques, dépassant rarement une vingtaine de pages ; l’attention est surtout portée sur la performance oratoire dans le débat, sur l’art de la disputatio considéré comme pierre de touche de l’art d’enseigner – reprenant un mode d’enseignement et d’examen central dans les universités depuis le XIIIe siècle[9]. La soutenance de Pierre Fontanier, à Besançon le 14 août 1810, montre à quel point la soutenance de ces thèses reste alors, reprenant les codes de l’Ancien Régime, un rituel d’incorporation, une joute formelle et formalisée, impliquant la faculté au grand complet et en grand costume, devant le public le plus large et respectable possible[10]. La fama acquise lors de l’exercice semble alors suffisante à l’institution pour réguler les carrières : la pratique du rapport de soutenance de thèse n’apparaît pas, à notre connaissance, avant 1837, et est officialisée en 1840[11]. En un mot, le but n’est pas de prouver que l’on peut écrire un livre, mais que l’on peut parler comme un livre[12]. Paradoxalement peut-être, alors que les aspirants au doctorat en droit ou en médecine doivent argumenter en latin, cela n’est pas exigé des futurs docteurs ès lettres[13] : le rite s’efface peut-être là quelque peu derrière la finalité professionnelle[14].

Ces thèses des premiers temps de l’Université ont mauvaise réputation historiographique : pour soutenir et légitimer les réformes successives, les universitaires se sont attachés à rejeter les facultés du Premier Empire et de la Restauration, à en faire rétrospectivement un contre-modèle considéré comme archaïque, immobile. Parmi bien d’autres, citons Émile Egger, docteur ès lettres en 1833, élu professeur de littérature grecque à la Sorbonne en 1855, qui explique en 1880 :

Jusque vers 1830, les thèses ne furent guère autre chose que deux courts programmes, l’un en français, l’autre en latin, pour la discussion publique, et cela sur des lieux communs de philosophie et de critique littéraire, tels que l’Églogue, l’Épopée, l’Existence de Dieu, etc. […] La faculté des lettres renaissante se contenta longtemps de sujets très généraux et qui ne pouvaient ni bien être exposés en quelques pages, ni utilement discutés dans une soutenance de deux heures environ. […] On pouvait reprocher au doctorat de n’être qu’une élégante passe d’armes, sur des lieux communs familiers à tous les humanistes[15].

Ce que ne dit pas directement Egger, c’est que s’il déploie là, en creux, une défense et justification d’une première montée en érudition de l’exercice, qui s’opère à partir de 1832-1833, c’est aussi qu’il y était aux premières loges : le doyen Joseph-Victor Leclerc se serait écrié, en ouvrant les débats de sa soutenance, « Enfin, monsieur, voilà des thèses qui nous apprennent quelque chose »[16] – j’y reviendrai dans l’article suivant de cette série. Les promoteurs des profondes réformes mises en place pendant la IIIe République vont plus loin encore. Louis Liard, directeur de l’enseignement supérieur au ministère de l’Instruction publique de 1884 à 1902, explique ainsi en 1894 que durant cette première période :

Licence et doctorat ès lettres ne diffèrent du baccalauréat qu’en degré et non pas en nature. Pour être bachelier, on est censé savoir ce qui s’enseigne de lettres et de philosophie dans les hautes classes du lycée ; pour être licencié, il suffit de composer en latin et en français sur un sujet donné, et pour être docteur, de soutenir deux thèses, l’une sur la rhétorique et la logique, l’autre sur la littérature ancienne[17]. On a les premières thèses de la faculté de Paris. Ce sont des dissertations élégantes, sans critique et sans érudition. À les lire, Napoléon se fut confirmé dans son idée que les lettres ne contiennent rien qui puisse être un véritable objet d’enseignement supérieur. Baccalauréat, licence et doctorat ès lettres ne sont que les puissances successives de la rhétorique. Aussi, pour franchir les trois degrés, besoin n’est-il pas de se faire initier à la faculté même ; il suffit de se perfectionner dans les exercices du lycée[18].

Malgré cette supposée facilité ceux qui, grâce aux règlements napoléoniens, peuvent se passer de subir l’exercice de la soutenance sont prompts à en profiter : le ministère de l’Instruction publique est amené, entre 1810 et 1830, à décerner le doctorat ès lettres « par collation », c’est-à-dire sans rédaction ou soutenance de thèse, à un total de 400 personnes au moins, par équivalence de titres détenus, parce que le poste occupé nécessite ce grade[19] ou même par simple fait du ministre – quand dans le même temps les facultés des lettres confèrent, par voie de soutenance, une centaine de doctorats au total[20]. Avant le milieu des années 1870, le titre n’est dès lors décerné après soutenance qu’à moins de quinze personnes par an (voir figure 1).

Figure 1 : Évolution du nombre de doctorats ès lettres décernés à la suite d’une soutenance (1810-1899)

 

Qui sont les premiers docteurs ?

Si les soutenances de thèses du Premier Empire et de la Restauration se sont attiré les sarcasmes ultérieurs, l’exercice n’était pas pour autant sans difficultés, sans embuches, et sans enjeux institutionnels, dans le contexte d’une reconstruction du système d’enseignement supérieur, après vingt années de vide. Lorsqu’en 1822 le doyen Jean-Denis Barbié du Bocage refuse d’accorder son visa à ce qui pour lui n’est qu’« un aperçu informe », « le canevas d’une thèse[21] », le recteur de l’académie de Paris, l’abbé Charles-Dominique Nicolle, lui répond :

J’ai l’honneur de vous renvoyer la thèse française du sieur [Nicolas-Joseph] Demons, puisque vous n’avez pas jugé à propos d’y apposer votre visa. Je ne peux que vous remercier de la sévérité que vous avez mise à la refuser. En permettant que le titre de docteur ès lettres puisse suppléer aux années d’exercice, on n’a pas prétendu rendre ce grade facile à obtenir. L’intention du conseil royal est au contraire qu’il ne soit accordé qu’à ceux à qui la faculté aura jugé capable de l’obtenir[22].

L’évolution même des profils de ceux qui soutiennent des thèses est révélatrice de cette politique institutionnelle, qui fait rapidement du doctorat un accélérateur de carrière à destination de jeunes talents tôt repérés, plutôt qu’un sommet et un but en soi.

Les tout premiers docteurs ès lettres à soutenir leurs thèses, à partir de 1810, quarantenaires dans la force de l’âge, semblent avoir vu la soutenance comme une épreuve devant affermir leur intégration à l’Université en train de se construire, intégration qui ne va pas de soi soit parce que leur passé révolutionnaire les rend suspect, comme Fontanier (profil qui est aussi celui de Frédéric Vaultier, né en 1772 et docteur en 1812[23]), soit parce qu’ils occupent des postes en marge du système en construction. André Marie Ruinet, le deuxième docteur à avoir soutenu après Fontanier[24], obtient ainsi son titre le 14 février 1811 devant la faculté des lettres de Paris, à 45 ans, alors qu’il est un simple maître d’études au Prytanée français, tout en tenant une pension dans les murs de l’ancien collège de justice[25]. Alexis Bintot, qui soutient la même année[26], à 53 ans, est lui aussi « chef d’institution », c’est-à-dire d’internat privé – les élèves étant sauf exceptions tenus de suivre, en ces temps de monopole, les cours d’un lycée public – ; en 1812 soutient Pierre François Cimttierre de Saint-Amand[27], âgé de 22 ans, héritier désigné de son père à la tête d’une de ces pensions[28], et qui n’entrera pas dans l’Université proprement dite. Pour ces hommes le doctorat est un moyen de s’assurer une respectabilité intellectuelle et une légitimité institutionnelle, alors même que leurs revenus viennent non pas de l’Université mais de la pension qu’ils offrent aux élèves des lycées parisiens. La soutenance est peut-être aussi un moyen de se faire connaître auprès des familles d’éventuels pensionnaires, en donnant dans les salles du collège du Plessis un avant-goût de l’enseignement complémentaire dont pourraient bénéficier leurs fils – dans un marché manifestement très concurrentiel, où la plupart des pensions ont une durée de vie très courte[29]. Par la suite, Ruinet, devenu professeur au collège royal de Louis-le-Grand à partir de 1817, ne se prive pas de bien préciser, dans sa correspondance avec l’administration, que « ce diplôme est le fruit de [ses] études »[30] ; il montre ainsi le prix qu’il attache à sa soutenance, et se distingue de ses collègues ayant obtenu le titre par collation – alors même que le titre de ses thèses est introuvable dès 1836[31], et que leur texte est encore aujourd’hui perdu.

Le profil des docteurs évolue fortement dans le courant de l’année 1812 : sur les 12 docteurs de cette année-là, 8 sortent tout juste du Pensionnat normal installé par Napoléon Ier en 1810 (supprimé en 1822, il est recréé en 1826 sous le nom d’École préparatoire, renommée en 1830 École normale, devenue « supérieure » en 1847) ; 6 sont entrés avec la première promotion, en 1810, 2 en 1811. Sur 39 normaliens de la promotion 1810, 8 sont docteurs[32] (5 en 1812, un en 1813 et un en 1838), sur les 34 membres de la promotion 1811, ils sont 12 (2 en 1812, 6 en 1813, un en 1814, un en 1816, mais aussi un en 1835 et un en 1838). L’âge moyen à la soutenance chute brutalement avec l’augmentation du nombre : après les quarantenaires et cinquantenaires de 1810 et 1811, les docteurs de 1812 ont en moyenne 24 ans, ceux de 1813 21 ans. De fait, le grade acquiert un nouvel usage : il est utilisé pour distinguer les normaliens considérés comme les plus prometteurs et talentueux, ceux-ci étant nommés répétiteurs et poussés à présenter des thèses rapidement ; dans la carrière, il leur permet de « suppléer aux années d’exercices », pour reprendre l’expression du recteur Nicolle, d’occuper par exemple plus rapidement des chaires de rhétorique ou philosophie – en particulier avant la mise en place du concours de l’agrégation en 1821. Le règlement de 1815 cimente ce dispositif : les meilleurs élèves peuvent rester une quatrième année à l’École, avec le titre et le traitement d’agrégé ; en même temps, l’institution entend les contrôler, l’article 35 disposant que « les élèves ne pourront se présenter aux examens pour les grades, sans en avoir obtenu l’autorisation du chef de l’École ». Comme l’explique Victor Cousin, maître de conférences au Pensionnat normal entre 1815 et 1820 :

À la fin de l’année les meilleurs élèves présentaient pour le doctorat des thèses philosophiques empruntées ordinairement à l’enseignement de l’année. Ces thèses étaient le complément et le couronnement de nos travaux. Soutenues publiquement à la faculté des lettres, elles portaient au grand jour l’enseignement de l’École, et provoquaient une polémique où plusieurs élèves de l’École normale parurent avec le plus grand succès[33].

Si cette politique connaît des à-coups dans les années qui suivent, en lien avec les soubresauts de la vie de l’institution, reste que le doctorat est alors intégré dans des trajectoires beaucoup plus précoces, d’hommes de vingt ans plutôt que de quarante. Lorsque Joseph-Daniel Guigniaut, normalien de la promotion 1811, devenu directeur de l’École normale en 1830, doit ainsi en 1835 se résoudre à soutenir des thèses, à quarante ans passés, pour occuper la chaire de professeur de géographie de la faculté des lettres de Paris[34], la dédicace de sa thèse, intitulée De la Théogonie d’Hésiode, laisse transparaître un certain malaise :

Aux élèves de l’École normale,
Comme un exemple que leur devait peut-être leur chef depuis sept ans, et leur constant ami.

Et la thèse latine De Έρμοῦ seu Mercurii mythologia de surenchérir, après une dédicace à Jean-Louis Burnouf :

Autrefois, en sortant de l’École normale,
je m’étais résolu à devenir docteur.
Aujourd’hui, plus de vingt-deux ans après,
candidat tardif et hors de sa place,
mais voulant aller jusqu’au bout,
je soumets et je soutiens
ce petit travail quelconque[35].

Le grade de docteur, s’il reste le plus élevé, réservé aux plus brillants, commence de fait à être considéré comme un examen scolaire, destiné à des jeunes gens : lorsqu’en 1825 Ambroise Bully, le principal du collège de Meaux, désire obtenir le doctorat, il demande au ministère à l’obtenir par collation, arguant de « la multiplicité de [ses] occupations, et peut-être aussi un peu de honte d’avoir à subir un examen, à quarante ans »[36]. L’administration, après consultation du Conseil royal de l’Instruction publique, refuse, précisant que « ce fonctionnaire professant la rhétorique dans son collège depuis plusieurs années pourra facilement satisfaire aux épreuves du doctorat »[37]. Cette réponse montre ainsi qu’une « voie longue » vers le doctorat doit persister, du point de vue de l’institution. La figure 2 révèle dès lors la diversité des parcours qui mènent au doctorat, à partir du milieu des années 1820 – qui se traduit par une augmentation tendancielle de l’âge moyen à la soutenance, d’environ 25 ans dans les années 1820 à environ 30 ans dans les années 1830.

Figure 2 : Évolution de la distribution de l’âge à la soutenance des docteurs ès lettres (1810-1840) Lecture : en 1816, quatre docteurs ont 20 ans, un 22 ans et un 23 ans.

Autre indice de cette diversité : se présentent aux épreuves du doctorat ès lettres des candidats qui n’ont pas d’ambitions professionnelles dans l’enseignement, comme Jean-Baptiste Félix Descuret, docteur en médecine, qui dès 1818 soutient une thèse de doctorat ès lettres, sans intention d’enseigner. D’autres cas sont plus manifestes encore, à commencer par ceux d’étrangers qui parcourent l’intégralité du cursus, du baccalauréat au doctorat, avant de repartir. Le premier d’entre eux, le 21 avril 1824, est le polonais Stanislas Rzewuski, qui soutient très jeune, à 18 ans, une thèse française intitulée De la poésie lyrique et en particulier de Jean Kochanowski, lyrique polonais, et une thèse latine plus classique[38], au terme d’un séjour éducatif de trois ans à Paris et avant de retourner en Pologne[39]. L’année suivante, l’anglais John Cattanach d’Alnwich obtient à son tour le doctorat, à 34 ans : de confession catholique, il ne peut étudier dans les universités anglaises, alors même qu’il veut s’engager dans l’enseignement. Le projet qu’il présente au grand maître, l’évêque d’Hermopolis Denis Frayssinous, pour obtenir une dispense de frais et l’exemption de la thèse française, est abouti :

Ce n’est que le grade de docteur qui me munirait d’une considération assez forte pour qu’on voulût bien me confier des élèves que je ramenasse [sic.] en France, pour y faire leur éducation. C’est ainsi que je voudrais commencer par être précepteur particulier en ce genre là tout en espérant que je serais un jour en état d’établir une pension à Paris, pour mes compatriotes et spécialement pour les catholiques britanniques[40].

Avec le soutien du conseil royal de l’instruction publique, Cattanach obtient à la fois la remise de droit d’examen et de droit de sceau demandée et, fait exceptionnel, l’autorisation de se limiter à une thèse latine, De beatitudine. Enfin, en 1827, le hollandais Antonius Alexius Josephus Meylink, obtient à son tour le titre[41], à 30 ans, après un séjour de deux ans à Paris[42] ; il retourne aux Pays-Bas la même année, entreprenant des études de droit à Gand et Leyde, devenant un bourgeois très établi, avocat très renommé de La Haye puis parlementaire.

La soutenance comme lice philosophique : le cas Guichemerre

Les soutenances de thèses de doctorat de l’Empire et de la Restauration ne sont pas que des rites d’incorporation : si elles sont avant tout des exercices oratoires, elles n’en peuvent pas moins jouer le rôle de lice pour les conflits intellectuels qui divisent le champ académique alors en construction. On en trouve des témoignages comme cette lettre, datée du 3 août 1817, du jeune Théodore Jouffroy, alors répétiteur au Pensionnat normal, et déjà considéré comme le bras droit philosophique de l’étoile montante Victor Cousin[43], à son ami Jean-Philibert Damiron, de la même promotion 1813, à propos des péripéties de la soutenance de leur camarade Joseph Guichemerre, de la promotion 1814 :

Guichemerre donc a fait thèse de philosophie ; thèse un peu au-dessus de ses forces qu’il avait compilée en prenant par-ci par-là dans les rédactions et le programme. Bref, il avait fait un tout sur le principe de mérite et démérite et sur ses conséquences, c’est-à-dire la religion naturelle, il parlait là-dedans de principe nécessaire, d’absolu, de stoïcisme, de loi du devoir, de vertu, de sainteté, d’optimisme, enfin que sais-je, de mille choses fort belles et fort difficiles à soutenir quand on ne les avait préalablement bien comprises. Or c’est ce qui manquait à Guichemerre[44].

Les « rédactions » dont il s’agit sont les textes des conférences encadrées par Victor Cousin au Pensionnat normal – on parlerait aujourd’hui de « travaux dirigés » –, et le « programme » est celui de ses leçons magistrales à la faculté des lettres. Guichemerre propose ainsi une série de propositions de philosophie morale directement issue des enseignements qu’il a reçu en 1817[45]. Mais la soutenance, organisée le 29 juillet, se passe mal :

Il arrive à la salle fatale, le voilà sur la sellette. Malheureusement, M. [Pierre] de Laromiguière, M. [François] Thurot étaient là, grands ennemis de notre doctrine ; M. [Jean-François] Boissonade, l’ennemi de toute philosophie, s’y trouvait aussi. On attaque et on pelote mon homme, comme vous pouvez penser aussi. Les attaqueurs y mettaient, dit-on, un peu d’animosité, vu la doctrine, ce qui ne contribuait pas peu au désappointement de notre philosophe ; enfin, on se retira et M. [François] Guéneau [de Mussy][46], le lendemain, apprend et dit à Guichemerre, qu’on l’a ajourné pour sa thèse de philosophie.

Laromiguière et Thurot sont respectivement professeur et professeur-adjoint de philosophie à la faculté des lettres de Paris – ajoutons que Charles de Lacretelle, le professeur d’histoire ancienne, membre du jury, s’il n’est pas nommément cité, est intellectuellement proche de Laromiguière, et a donc dû se joindre aux critiques[47]. Ces philosophes se placent dans la lignée des Idéologues et du sensualisme de Condillac et de Locke, leurs cours s’intéressant avant tout à l’analyse de l’entendement[48]. Or Cousin[49], après avoir été « converti à la philosophie » par Laromiguière lui-même et avoir soutenu une thèse latine très condillacienne en 1813[50], est alors précisément en train de rompre avec ces perspectives, se rapprochant de son protecteur Pierre-Paul Royer-Collard[51]. Celui-ci, titulaire de la chaire d’histoire de la philosophie moderne, et importateur de la philosophie du « bon sens » écossaise, de Thomas Reid et Dugald Stewart, a précisément été choisi par Napoléon et Fontanes comme contrepoint aux Idéologues, contre lesquels il développe le spiritualisme[52]. Les cours de faculté de Cousin entre 1815 et 1817, publiés (avec des retouches) en 1841[53], s’attachent ainsi à décaler le questionnement central, de l’apparition des idées à la question du moi et de l’existence personnelle (cours de 1815-1816), puis aux principes de la morale (cours de 1816-1817) ; s’appuyant sur Reid et Stewart, ces cours développent une critique de l’« empirisme » de Condillac et Locke, et établissent un lien entre « philosophie de la sensation » et « ruine de la France et de l’Europe »[54].

David d’Angers (1788-1856). Portrait de Pierre Laromiguière (1756-1837), philosophe. Bronze, fonte au sable. XIXe siècle. Paris, musée Carnavalet.

La faculté des lettres est donc divisée, intellectuellement mais aussi politiquement, ce qui est d’autant plus dangereux pour l’impétrant que ses potentiels défenseurs sont absents : Royer-Collard, devenu conseiller d’État et vice-président de la Chambre, n’enseigne plus et ne siège plus aux examens depuis 1814 ; Cousin, qui le supplée dans sa chaire depuis 1815, a quitté Paris le 25 juillet, quatre jours avant la soutenance de Guichemerre, pour un voyage de quatre mois en Allemagne du Nord[55] – il semble, de toute façon, que les suppléants n’aient pas siégé dans les jurys, au contraire des professeurs adjoints. Si ni Laromiguière ni Thurot n’ont réellement développé de réflexion morale propre dans leurs travaux, l’affrontement s’est sans doute cristallisé sur la question du caractère inné de la notion de mérite et de démérite, défendu par Guichemerre[56] – qui sur ce point est sans doute allé plus loin que ne se serait permis le plus habile Cousin – : Laromiguière, dans la lignée de Condillac et contre Descartes, nie qu’il existe des idées innées, quelles qu’elles soient[57].

Qu’en est-il des autres membres du jury ? Boissonnade, titulaire de la chaire de littérature grecque, est sans doute désigné comme « ennemi de toute philosophie » parce qu’il est avant tout un érudit, qui consacre son activité à la critique littéraire et à la traduction de minores de l’Antiquité tardive : ces enjeux le laissent froid. D’autres professeurs siègent, qui ne sont pas cités par Jouffroy[58]. Parmi eux, Charles Millon, professeur d’histoire de la philosophie ancienne, est peut-être plus sensible aux positions défendues par l’impétrant – il a été adjoint de Royer-Collard jusqu’en 1814, et choisira Jouffroy comme suppléant en 1829 – ; mais le fond de sa pensée reste inconnu, tant il « a été une véritable énigme pour ceux qui ont cherché à en faire l’histoire »[59]. Le jury comporte aussi le géographe Jean-Denis Barbié du Bocage, présent ex officio en tant que doyen de la faculté, et Éloi Lemaire, professeur de poésie latine, aux positions philosophiques qui restent inconnues – mais dont le rôle s’est sans doute concentré sur l’évaluation de la « latinité » du candidat.

David D’Angers (1788-1856). Portrait de Pierre-Paul Royer-Collard (1763-1845), homme politique et philosophe français. Bronze. Fonte au sable. 1830. Paris, musée Carnavalet.

Toujours est-il que Guichemerre est surpris de son « ajournement », c’est-à-dire de son renvoi à une nouvelle soutenance, ultérieure :

Guichemerre de courir chez les professeurs demandant des explications : si c’était pour la doctrine qu’on l’ajournait ou pour sa manière de se défendre. M. Thurot, M. de Laromiguière dirent que c’est pour l’une et l’autre, et finirent par assurer que, s’il passe bien sa thèse française, on le recevra (c’est demain qu’il la passe), ce n’est pas tout : la Commission a eu vent de cela ; on dit qu’il y a indignation de ce qu’on attaque ainsi les doctrines du maître, au lieu d’examiner l’élève. Cela fait du bruit, et Guichemerre a tous les honneurs de la persécution, première et plaisante victime de la propagation de la foi !

La « Commission » dont il est question est la Commission de l’instruction publique, composée de cinq membres et chargée de la direction de l’Université entre 1815 et 1820, prenant fonctionnellement la place de la charge de grand-maître : l’affaire remonte ainsi très rapidement aux plus hauts échelons de la hiérarchie ministérielle – sans doute par l’intermédiaire de Philibert Guéneau de Mussy, qui en est membre, le frère du directeur de l’École normale. Cette commission est précisément présidée par Royer-Collard ; au-delà des débats intellectuels, puisqu’elle exerce toutes les fonctions du grand-maître, la commission agit comme recteur de l’académie de Paris, et a donc à ce titre délivré le permis d’imprimer à la thèse de Guichemerre : en ajournant le candidat, la faculté se place ainsi institutionnellement en porte-à-faux, critiquant des positions validées par la commission. Sans que l’on ait la preuve qu’une nouvelle soutenance latine ait été organisée, le doctorat est finalement décerné, le 14 août 1817. Malgré son statut de « victime de la propagation de la foi » spiritualiste, la carrière de Guichemerre s’avère moins brillante que celle de ses camarades, qui deviendront professeurs à la Sorbonne : après avoir été maître d’études à Angers, régent de rhétorique à Périgueux, il obtient l’agrégation en 1822 et exerce dans l’enseignement secondaire jusqu’en 1842, à Marseille, Poitiers et Limoge, avant de devenir inspecteur d’académie, et pour une année avant sa mise à la retraite d’office, recteur du Gers[60].

La surveillance des thèses : le cas Parisot

Le cas n’est pas unique – et les choses auraient pu tourner plus mal pour l’étudiant. Si le nombre de candidats dont les travaux ont été refusés avant même la soutenance reste inconnu, reste que la Bibliothèque de la Sorbonne conserve une vingtaine de « duo » de thèses refusées, imprimées entre 1826 et 1856 ; on peut en outre retrouver dans les archives du rectorat de Paris un nombre non négligeable de demandes d’exemptions de frais de diplôme formulées pour le doctorat, qui n’ont jamais été suivis d’une soutenance[61]. La soutenance n’est pas un droit, l’institution y veille avec attention : si en 1822 Nicolle peut louer la sévérité de Barbié du Bocage, c’est parce que ce dernier cherche activement à faire oublier un épisode plus cuisant.

De fait, le 26 juillet 1820, le doyen reçoit une lettre de la commission de l’Instruction publique, concernant les thèses du jeune normalien Valentin Parisot, né en 1800 et de la promotion 1816, alors en poste comme régent de troisième à La Châtre, en Indre-et-Loire[62], et alors même qu’il en a déjà autorisé la soutenance :

D’après l’idée qu’il lui a été donnée des deux thèses que le [sieur] Parisot se propose de soutenir le 2 août prochain à votre faculté, la commission a arrêté que vous lui adressiez sur le champ lesdites thèses, et que jusqu’à nouvel ordre de sa part il serait sursis à tous les actes y relatifs. Vous voudrez bien m’accuser réception de la présente, et prendre sous votre responsabilité toutes les mesures nécessaires pour que l’arrêté de la commission ait son plein et entier effet[63].

Le doyen s’exécute promptement, se fait remettre l’ensemble des exemplaires des thèses et en transmet deux à la Commission dès le 27 juillet ; l’abbé Nicolle est alors « prié d’examiner les thèses[64] », et la lettre du doyen est annotée ainsi :

Écrire au doyen que la commission a cru convenable de ne point laisser soutenir les thèses, et qu’elle l’invite lui-même à être plus attentif, aux propositions que contiennent ces sortes d’écrits avant de les approuver[65].

Un document non daté, non signé, mais sans doute de la main de Nicolle, encarté dans cette lettre, précise que la thèse philosophique de Parisot, intitulée De corporum existentia, principio et conceptione, « soutient que la création de la matière est impossible ». À la lire, le texte de cette thèse est divisé en deux parties : dans la première, s’interrogeant sur ce qu’est la matière, il explore deux possibilités, soit qu’elle soit créée, soit qu’elle soit éternelle – c’est dans ce second cas qu’il argumente qu’elle ne peut être créée – ; déclarant rapidement ne déboucher que sur des apories, il s’attarde, dans une seconde partie, sur la distinction entre phénomènes et substance, avant de laisser miroiter une solution passant par Dieu, promettant plus d’éclaircissements pour la soutenance – « sed in publicae disceptationis diem ita differemus[66] ». La démonstration est confuse, allusive, scandée de non sequiturs ; face à une thèse aussi nébuleuse le sourcilleux abbé a sans doute nourri des soupçons, craignant le spinozisme du candidat. De fait, si Parisot n’évoque le « spinosismo » qu’en conclusion, pour expliquer qu’il s’en distinguera oralement (mais sans préciser en quoi), et se borne à citer Ovide et les antiques « sapientiae professores » pour défendre qu’« ex nihilo nihil », les arguments qu’il présente en faveur de l’éternité de la matière sont directement issus de L’Éthique de Spinoza. Or dès le début du XVIIIe siècle, l’Église catholique défend constamment une image très négative de ce philosophe, accusé de défendre l’athéisme et/ou le panthéisme et de ruiner les dogmes essentiels de la religion ; la réception du philosophe dans le champ philosophique français est longtemps hostile, y compris chez Pierre Bayle, dans L’Encyclopédie, chez Malebranche[67]. La première thèse de doctorat soutenue consacrée à Spinoza, celle d’Henri Martin en 1836[68], ne voit ainsi dans le philosophe qu’une « théologie fausse, anthropologie fausse, et morale sans autorité, aussi funeste aux individus qu’aux nations qui en voudraient adopter les principes[69] ».

Valentin Parisot est donc philosophiquement suspect ; plus encore, sa thèse de littérature elle aussi, intitulée Eschyle, Schakespeare [sic] et Schiller ou de l’unité dans la littérature, apparaît comme sujette à caution aux yeux de Nicolle :

(On y lit cette phrase en parlant du discours sur l’histoire universelle de Bossuet) « ce n’est pas que je préjuge jusqu’à quel point est vrai cette idée : tout s’est fait sur la terre pour la venue de [Jésus-Christ] ». On y cite Clarisse, Corinne, etc.

De fait, Parisot, à partir du milieu de son texte, emporté par son argument en faveur de l’unité de l’intrigue, quitte un temps les références canoniques attendues qui fournissent le titre de sa thèse pour s’intéresser à des titres à la sensibilité nettement plus romantique : Clarisse Harlowe, de Samuel Richardson, Corinne ou l’Italie, de Germaine de Staël, Julie ou la Nouvelle Héloïse, de Marc-Michel Rey, où « nous lisons avec délices trente, quarante pages où l’auteur analyse longuement la situation d’une âme bouleversée, ou par les malheurs, ou par les passions[70] ». C’est là s’affranchir d’une hiérarchisation sociale des œuvres littéraires alors trop fondamentale aux yeux de l’institution scolaire pour être ne serait-ce qu’interrogée dans le cadre d’une thèse de doctorat. Nicolle, échaudé, va jusqu’à laisser planner un soupçon d’hétérodoxie religieuse, alors que la citation complète permet de plaider plus raisonnablement pour la maladresse : Parisot cherche en réalité à marquer qu’il s’intéresse strictement à la dimension littéraire de l’œuvre de Bossuet, considérant le Discours sur l’histoire universelle comme construit sur une « unité d’action »[71].

Dans tous les cas, pour l’abbé :

L’étourdi qui doit soutenir ces deux thèses prépare un scandale qu’il importe de prévenir, dans l’intérêt de l’Université, de l’École normale ; et du jeune homme lui-même.

Ne conviendrait-il pas d’écrire à M. Barbié du Bocage pour l’inviter à arrêter les thèses au bas desquelles il a mis cependant, vedi ac perlegi[72].

Après délibération, la Commission refuse nettement, « en sa qualité de recteur de l’académie[73] », qu’une soutenance soit organisée, et précise, sous la plume du président par interim Georges Cuvier :

En même temps, la commission croit devoir vous inviter à donner une sérieuse attention aux propositions que contiennent ces sortes d’écrits, avant de les revêtir de votre approbation. Il est toujours pénible pour la commission d’être obligée de revenir sur les mesures prises par un chef de faculté[74].

Le doyen n’a plus qu’à se confondre en excuses :

J’ai fait part à M. Parisot de la partie de la lettre que la Commission m’a fait l’honneur de m’écrire en date du 9 de ce mois, relativement aux thèses que ce professeur devait soutenir. […]

J’avais pensé que, philosophiquement parlant, elles pourraient être soutenues ; puisque la commission en juge autrement, j’avoue ma faute et je me soumets au reproche de la Commission, vous priant de lui témoigner mon regret et le profond respect avec lequel je suis, monsieur le président de la Commission, votre très humble et très obéissant serviteur[75].

La carrière de Valentin Parisot a dès lors des débuts modestes : il est nommé en 1821 régent de seconde à Montluçon, où il cesse d’enseigner en 1822. Pendant 15 ans, il est en disponibilité volontaire, indiquant seulement à l’administration avoir suivi les cours de langues orientales de Sylvestre de Sacy et Antoine-Léonard Chézy. Il cultive alors l’érudition tous azimuts, commence une carrière de polygraphe tout en s’engageant contre la politique de Charles X. En 1837, sa carrière prend un nouveau départ avec sa réussite à l’agrégation d’histoire, ce qui lui permet d’obtenir un poste de chargé d’enseignement à Versailles, puis en 1840 de professeur d’histoire au collège royal de Bourges ; il passe dans l’enseignement supérieur à partir de 1843, comme chargé de cours de littérature étrangère à la faculté des lettres de Rennes, et soutient finalement ses thèses de doctorat en 1845, sur de tout autres sujets[76]. Dans un autre contexte philosophique et politique, et grâce au soutien du ministre Villemain, il fait dès lors carrière dans les chaires de littératures étrangères qu’ouvre la monarchie de Juillet, à Grenoble puis Douai[77]. S’il finit ainsi par entrer dans l’enseignement supérieur, et publie de nombreux ouvrages (dont une traduction du Râmâyana), il reste un marginal toute sa carrière, comme le décrit son ami Théodore de Banville :

Chez lui comme chez moi, Valentin Parisot, qui ne rougissait pas de son honnête misère, fut aimable, gai et parfaitement à son aise. Mais j’ai pu le voir triste et contraint ailleurs, dans les réunions officielles et devant les gros bonnets de l’Instruction publique. En effet, ce libre esprit, qui appartenait à l’Université, était coupable vis-à-vis d’elle et se l’avouait ; avec son invincible clairvoyance, il se rendait bien compte qu’il était le pelé, le galeux d’où venait tout le mal. […] C’était un gêneur ; il avait tondu l’herbe dans le pré des moines[78].

L’institution n’est, de fait, guère clémente envers celui qu’elle semble avoir toujours surveillé : en 1852, Parisot reçoit même un blâme du ministre Fortoul pour avoir simplement publié dans Le Vœu national une pièce de vers qui « est un attentat continuel au bon sens et au bon goût », et ce faisant a « compromis gravement son caractère et le corps auquel il a l’honneur d’appartenir », celui-ci ayant « pour mission de propager les vrais principes du goût »[79].

Les exemples de Guichemerre et Parisot montrent l’importance du terrain que sont les thèses et leur soutenance, comme lieu de pouvoir intellectuel et universitaire : on peut souligner que si Laromiguière n’enseigne plus dès 1813, et se fait constamment suppléer dans sa chaire à partir de cette date, il continue à siéger sans discontinuer lors des soutenances de thèses, et ce en 1836, à 80 ans, s’y montrant « doux et poli, mais entêté[80] » – il décède en août 1837. Si l’administration, et le corps enseignant, font tout pour que les dissensions ne deviennent pas publiques, ou du moins ne prennent pas trop de relief lors des soutenances, afin de préserver l’image de l’Université, les tensions et les rapports de force peuvent néanmoins transparaître à la lecture des sources, dans une institution qui est encore en construction. Resterait donc encore à étudier systématiquement le contenu des thèses, en particulier de philosophie, pour essayer de retracer plus précisément les lignes de front qui structurent alors « l’horizon d’attente » philosophique de la Restauration et de la monarchie de Juillet[81].

Conclusion

Le titre de docteur ès lettres n’est ainsi jamais allé de soi ; en tant qu’il est un moyen de contrôle juridiquement fondé d’un corpus donné de savoirs et de compétences, il est un enjeu de luttes et de pouvoir. Il a ainsi fort peu de chances d’avoir un jour été une simple formalité, y compris pendant le Premier Empire et la Restauration, et le dossier mérite d’être rouvert, non pas dans une logique de réhabilitation, mais afin de mieux saisir l’évolution des logiques et stratégies qui organisent le monde des professionnels du savoir, ce qui décide de leur hiérarchisation et du déroulement de leur carrière – poursuivant en cela, en un sens, des perspectives esquissées par Marie-Madeleine Compère dans ses travaux sur les professeurs de faculté sous le Premier Empire[82]. Une fois le nouveau système institutionnel assuré sur ses bases, et ses procédures bureaucratiques de plus en plus affinées, et avec l’arrivée d’une nouvelle génération aux postes de pouvoir autour des années 1830, les exigences se transforment, l’écrit concurrence l’oral, et l’érudition devient un moyen de distinction autant voire plus important que la rhétorique brillante.

Source de l’image d’en-tête : “Collège du collège Plessis-Sorbonne”, Le Centenaire de l’École normale (1795-1895) : Édition du Bicentenaire, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 1994, p. 212.


[1] Voir Jacques Verger, « Examen privatum, examen publicum. Aux origines médiévales de la thèse », in Claude Jolly et Bruno Neveu (dir.), Éléments pour une histoire de la thèse, Paris, Klincksieck, 1993, p. 15-43 et Antoine Destemberg, « Un système rituel ? Rites d’intégration et passages de grades dans le système universitaire médiéval (XIIIe-XVe siècle) », Cahiers de recherches médiévales, 18, 2009, p. 113-132, http://journals.openedition.org/crm/11688. Merci encore une fois à Lucie Lachenal pour son aide précieuse.

[2] Boris Noguès, « Foisonnement, vacuité et archaïsme ? Les thèses dans le cursus universitaire en France au XVIIIe siècle », Annali di storia delle università italiane, 19 (2), 2015, p. 3-20.

[3] « Loi relative à la formation d’une université impériale, et aux obligations particulières des membres du corps enseignant, 10 mai 1806 », Recueil des lois et règlemens concernant l’instruction publique, depuis l’édit de Henri IV en 1598 jusqu’à ce jour, t. 3, Paris, Claude Brunot-Labbe, 1814, p. 144-165.

[4] « Décret impérial portant organisation de l’Université, 17 mars 1808 », Recueil des lois et règlemens concernant l’Instruction publique…, op. cit, t. 4, p. 33-40.

[5] Pour reprendre l’expression d’Edmond Goblot, La barrière et le niveau. Étude sociologique sur la bourgeoisie française moderne, Paris, Félix Alcan, 1925.

[6] « Loi relative à la formation d’une université impériale, et aux obligations particulières des membres du corps enseignant, 10 mai 1806 », art. cit.

[7] Art. 1 du « statut sur les facultés des lettres et des sciences, 16 février 1810 », Arthur de Beauchamp, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur, t. 1, Paris, Delalain frères, 1880, p. 249-261.

[8] Art. 35 du « statut sur les facultés des lettres et des sciences, 16 février 1810 », Arthur de Beauchamp, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur, t. 1, Paris, Delalain frères, 1880, p. 249-261. Cet arrêté modifie donc le décret du 17 mars 1808, qui prévoyait une thèse en latin portant sur « la rhétorique et la logique » et une thèse en français sur « la littérature ancienne » (disposition jamais appliquée). On trouvera les textes réglementaires concernant le doctorat ès lettres dans Claude Jolly et Bruno Neveu (dir.), Éléments pour une histoire de la thèse, Paris, Aux Amateurs de livres & Klincksieck, 1993, p. 126-176.

[9] Voir Olga Weijers, La « disputatio » à la Faculté des arts de Paris (1200-1350 environ). Esquisse d’une typologie, Amsterdam, Brepols, 1995 et ead., La « disputatio » dans les Facultés des arts au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2002.

[10] Le règlement du 8 juin 1811 se limite ainsi à demander l’envoi au ministère de deux exemplaires seulement de la thèse – les candidats devront en envoyer au moins 80 à la fin du XIXe siècle.

[11] « Il m’a paru nécessaire, pour soutenir le doctorat et la licence à la hauteur convenable, de faire examiner en conseil royal, avant la délivrance des diplômes, le rapport que MM. les doyens doivent adresser après chaque examen, et de transmettre aux facultés les observations du conseil », dans Victor Cousin, « Circulaire relative aux règlements de la licence et du doctorat ès lettres du 19 juillet 1840 », Recueil des principaux actes du ministère de l’Instruction publique, du 1er mars au 29 octobre 1840, Paris, Ch. Pitois, 1841, p. 265-267.

[12] Françoise Waquet, Parler comme un livre : L’oralité et le savoir (XVIe-XXe siècle), Paris, Albin Michel, 2003.

[13] Athenaïs Mourier, « Notice sur le doctorat ès lettres », Journal général de l’Instruction publique et des cultes, 20 (95), 22 novembre 1851, p. 545-547.

[14] L’usage du latin pour la soutenance de la thèse de doctorat en médecine est abandonné en 1825, en droit en 1850.

[15] Émile Egger, « Le doctorat ès lettres », Journal des débats politiques et littéraires, 2 mai 1880, p. 4.

[16] Émile Egger narre l’épisode, sans préciser qu’il s’agit de lui-même, dans son article du Journal des débats politiques et littéraires ; il est repris dans Eugène Chatel, « Notice biographique sur d’Émile Egger », Mémoires de l’Académie nationale des sciences, arts et belles-lettres de Caen, 1886, p. 3-53, p. 9 et Anatole Bailly, Notice sur Émile Egger, Orléans, H. Herluison, 1885, p. 16. La thèse latine s’intitule De Archytae tarentini pythagorici vita, operibus et philosophia disquisitio, Paris, Didot frères, 1833 ; la thèse française Étude sur l’éducation, et particulièrement sur l’éducation chez les Romains, Paris, Didot frères, 1833.

[17] Liard évoque ici le décret du 17 mars 1808, qui prévoyait une thèse en latin portant sur la rhétorique et la logique, et une thèse en français sur la littérature ancienne. Or cette disposition n’a jamais été appliquée : l’article 35 du statut sur les facultés des lettres et des sciences, du 16 février 1810 exige à la place une thèse en latin concernant la philosophie et une thèse en français touchant la littérature ancienne et moderne.

[18] Louis Liard, L’enseignement supérieur en France. 1789-1893, t. 2, Paris, Armand Colin, 1894, p. 110.

[19] Grâce aux arrêtés suivants : « Arrêté qui détermine les grades de l’Université que peuvent réclamer les anciens gradués, 12 mai 1809 », Recueil des lois et règlemens concernant l’Instruction publique…, op. cit., t. 5, p. 156 ; « Arrêté déterminant les différentes classes d’individus auxquels il peut être accordé immédiatement des diplômes de grades dans les sciences ou dans les lettres, 23 mai 1809 », ibid., p. 17 ; et « Arrêté qui détermine les grades auxquels ont droit les membres des anciennes corporations enseignantes, 22 août 1809 », ibid., p. 25.

[20] Athenaïs Mourier, op. cit.

[21] Lettre du doyen de la faculté des lettres de Paris au recteur de l’académie de Paris, 1er août 1822, AN, AJ/16/30.

[22] Lettre du recteur de l’académie de Paris au doyen de la faculté des lettres de Paris, 2 août 1822, AN, AJ/16/30.

[23] Voir Georges Mancel, « Notice sur M. Vaultier » dans Frédéric Vaultier, Souvenirs de l’insurrection normande dite du fédéralisme, en 1793, Caen, Le Gost-Clérisse, 1858, p. XI-XXX.

[24] Ruinet, né à Paris en 1766, est de la même génération que Fontanier, né en 1765, mais il a une trajectoire plus sage pendant la Révolution, qui survient alors qu’il est maître d’études au collège Mazarin. En 1793, il émigre quelques temps en Espagne, mais rentre très rapidement, ayant obtenu un passeport d’un représentant du peuple, qui l’emploie dans les hôpitaux militaires jusqu’à la fin de l’an VII (1798) ; Ruinet retrouve alors une place dans l’enseignement au Prytanée français, mais avant 1801 doit ouvrir une pension pour pouvoir subvenir aux besoins de ses trois enfants.

[25] La thèse française s’intitule Sur l’Ode ; le titre de la thèse latine est inconnu ; l’une comme l’autre sont à ce jour introuvables.

[26] La thèse latine s’intitule De duplici hominis substantia, Paris, Cellot, 1811, la thèse française De l’apologue et de la pastorale, Paris, Cellot, 1811.

[27] La thèse latine s’intitule Maximum orbis hujus aspectabilis miraculum homo, Paris, Fain, 1812; la thèse française Sur l’épopée, Paris, Fain, 1812.

[28] L’institution Cimttierre Saint-Amand devient en 1837 l’institution Jauffret, lorsqu’Anatole Jauffret la rachète au fils du fondateur ; sous ce nom, elle devient l’un des meilleurs établissements privés de Paris, accueillant par exemple les fils de Victor Hugo.

[29] Marie-Madeleine Compère, « Les pensions à Paris (1789-1820) », Revue du Nord, 78 (317), 1996, p. 823-835.

[30] André Marie Ruinet, « Mémoire et pièces pour la pension de retraite », 23 juillet 1830, AN, F/17/21676.

[31] Émile Egger, qui est à notre connaissance le premier à établir, à partir de 1836, et publier en 1840 une liste des thèses de doctorat ès lettres soutenues à Paris, n’indique qu’un blanc en face du nom de Ruinet dans Émile Egger, « Bibliographie du doctorat ès lettres », dans Bulletin bibliographique des publications nouvelles, réimpressions et acquisitions de la librairie de L. Hachette, Paris, L. Hachette, 1840, p. 194-199.

[32] Victor Cousin et Louis Delahaye soutiennent tous les deux une thèse latine, respectivement en 1812 et 1813, mais ne soutiendront jamais de thèse française : le premier parce qu’il est nommé maître de conférences de littérature au Pensionnat avant de soutenir, le second pour des raisons inconnues. Voir le registre de l’Université impériale, AN, AJ/16, 4767.

[33] Victor Cousin, Fragments philosophiques, t. 1, Paris, Ladrange, 1838 (troisième édition), p. 372.

[34] Henri Wallon, « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Joseph-Daniel Guigniaut », Mémoires de l’Institut national de France, 31, 1884, p. 459-492, p. 469 et suivantes.

[35] « Quod olim e Schola Normali // doctor promovendus facere decreveram. // Nunc post viginti duo annos // tarde ac praepostere candidatus // volens usque exsequor // et hanc qualemcunque opellam // dico atque offero. » (Merci à Marine Miquel et Claire Maligot pour leur aide à la traduction – je reste bien sûr seul responsable du résultat final).

[36] Lettre de Bully au ministère de l’Instruction publique et des affaires ecclésiastiques, 21 octobre 1825, F/17/1791.

[37] Lettre du ministre de l’Instruction publique à l’inspecteur Taillefer, 15 novembre 1825, AN, F/17/1791.

[38] Elle s’intitule De Ionica philosophia commentatio, Paris, Fain, 1824.

[39] Małgorzata Kamela, « Rzewuski Stanisław », Polski słownik biograficzny, XXXIV, Wroclaw, Varsovie, Cracovie, 1992-1993, https://www.ipsb.nina.gov.pl/a/biografia/stanislaw-rzewuski. Il est le fils de l’orientaliste reconnu Wacław Seweryn Rzewuski, surnommé l’« émir Rzewuski » (Bernadette Lizet (éd.), Impressions d’Orient et d’Arabie : un cavalier polonais chez les Bédouins (1817-1819), Paris, José Corti/Muséum d’histoire naturelle, 2002).

[40] Lettre de Jean Cattanach à Georges Cuvier, 20 juillet 1825, AN, F/17/1791.

[41] Avec une thèse latine intitulée De connexione philosophiam inter et litteras, Paris, E. Duverger, 1827, et une thèse française intitulée La poésie grecque, Paris, E. Duverger, 1827.

[42] Hendrik Adriaan Antonius van Berckel, « Levensschets van Mr. A.A.J. Meylink », Jaarboek van de Maatschappij der Nederlandse Letterkunde, 1866, p. 50-72.

[43] Delphine Antoine-Mahut, « The ‘empowered king’ of French spiritualism: Théodore Jouffroy », British Journal for the History of Philosophy, 28 (5), 2020, p. 923-943.

[44] Adolphe Lair, Correspondance de Théodore Jouffroy, Paris, Perrin, 1901, p. 164-165.

[45] Voir en particulier les leçons 18 à 25, et en particulier les leçons 18 et 23, dans Victor Cousin, Cours d’histoire de la philosophie moderne pendant les années 1816 et 1817, Paris, Ladrange, 1841.

[46] François Guéneau de Mussy (1774-1853), médecin de Louis XVIII et proche de Pierre-Paul Royer-Collard, est le second directeur du Pensionnat normal, en poste de 1815 à 1822.

[47] Lacretelle indique avoir lu Locke et Condillac tôt dans sa jeunesse, avant la Révolution, sur recommandation de son frère, dans Charles de Lacretelle, Dix années d’épreuve pendant la Révolution, Paris, Allouard, 1842, p. 19. Mais il ne se considère pas pour autant comme philosophe. Évoquant les années 1810, il précise : « Qu’il m’était doux en descendant de ma chaire de professeur d’histoire, de me poser aux bancs des élèves pour recevoir une instruction plus forte sur des sujets que je n’avais encore abordés que timidement. » (Charles de Lacretelle, Testament philosophique et littéraire, t. 1, Paris, Dufart, 1840, p. 392 ; voir aussi ibid., p. 127). Cette position passive, scolaire, l’amène, rétrospectivement, à faire de Laromiguière un précurseur de ceux qui sont, en réalité, ses adversaires : « L’excellent Laromiguière, avec un charme socratique qu’il tirait de son âme autant que de son esprit, s’annonçait humblement comme un disciple de Condillac ; mais il complétait ses analyses trop superficielles, il relevait une confusion de mots fort étonnante chez le philosophe qui en avait tant recommandé la précision, faisait jaillir le sentiment moral et la conscience métaphysique là où Condillac n’avait vu que la sensation, et retrouvait, à l’aide de l’attention, de la délibération et de la volonté, des principes actifs, des forces vives là où le fabricateur d’une froide statue n’avait paru voir que des mouvements imprimés du dehors, et de la passivité ; il substitue une autre philosophie à celle qu’il prétendait continuer, et croyait de la meilleur foi du monde n’avoir pas blessé son maître quand il l’avait tué. » (ibid., p. 393-394).

[48] Voir François Picavet, Les idéologues : essai sur l’histoire des idées et des théories scientifiques, philosophiques, religieuses, etc. en France depuis 1789, Paris, Alcan, 1891, p. 457-465, p. 529-547 ; sur Laromiguière plus précisément, voir Prosper Alfaric, Prosper Alfaric. Laromiguière et son École. Étude biographique avec quatre portraits, Paris, Les Belles-Lettres, 1929.

[49] Pierre Macherey, « Les débuts philosophiques de Victor Cousin », Corpus, 18-19, 1991, p. 29-49.

[50] Victor Cousin, De methodo sive de analysi, Paris, Fain, 1813.

[51] Une lettre de Royer-Collard à Cousin, datée de 1837, alors que Laromiguière vient de mourir, laisse à penser que ce changement d’allégeance n’a pas été sans éclat : « Je regrette Laromiguière, quoiqu’il ne m’ait pas pardonné le chagrin que je lui ai fait, il y a vingt-cinq ans ; cujus pars magna fuisti [dont tu es en grande partie la cause]. » (Cité dans Jules Barthémély-Saint-Hilaire, M. Victor Cousin. Sa vie et sa correspondance, t. I, Paris, Hachette et Alcan, 1895, p. 518). Sur Royer-Collard, voir Corinne Doria, Pierre Paul Royer-Collard (1763-1845). Un philosophe entre deux révolutions, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[52] Jean-Louis Vieillard-Baron, Le spiritualisme français, Paris, Éditions du Cerf, 2021, p. 89-93.

[53] Victor Cousin, Cours d’histoire de la philosophie moderne pendant les années 1816 et 1817, Paris, Ladrange, 1841.

[54] Sur la complexité des reprises et réécritures du texte de Cousin, qui rendent difficile d’établir avec précision ce qu’il a réellement pu dire entre 1815 et 1820, voir Pierre F. Daled, Le matérialisme occulté et la genèse du « sensualisme ». Écrire l’histoire de la philosophie en France, Paris, Vrin, 2005.

[55] Sur ce que Hegel a appelé les « courses philosophiques » de Cousin, voir : Michel Espagne et Michael Werner, « Les correspondants allemands de Victor Cousin », Hegel-Studien, 21, 1986, p. 65–85 ; Jean-Pierre Cotten, « Victor Cousin et la ‘‘mauvaise métaphysique de l’Allemagne dégénérée’’ », in La réception de la philosophie allemande en France aux XIXe et XXe siècles, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1994, p. 85-107 ; Michel Espagne, En deçà du Rhin. L’Allemagne des philosophes français au XIXe siècle, Cerf, Paris, 2004. Voir aussi les éditions de sources : Michel Espagne et Michael Werner (ed.), Lettres d’Allemagne. Victor Cousin et les hégéliens, Du Lérot, Tusson, 1990 ; Victor Cousin, Souvenirs d’Allemagne, Paris, CNRS Éditions, 2011.

[56] Joseph Guichemerre, De principio meriti et demeriti, sive de religione, Paris, C.-F. Patris, p 5.

[57] Voir par exemple Pierre de Laromiguière, Leçons de philosophie, ou Essai sur les facultés de l’âme, t. II, Paris, Brunot-Labbe, 1823 (3e édition), p. 234-279.

[58] Voir le certificat d’aptitude au grade de docteur de Joseph Guichemerre, conservé dans AN, F/17/5552.

[59] François Picavet, op. cit., p. 65.

[60] Dossier Guichemerre, AN, F/17/20901.

[61] AN, AJ/16/30-31.

[62] Dossier Parisot, AN, F/17/21436.

[63] Lettre de la Commission de l’instruction publique au doyen de la faculté des lettres, 26 juillet 1820, AN, F/17/1787.

[64] L’abbé Nicolle est membre du conseil royal de l’Instruction publique du 22 juillet 1820 au 17 octobre 1830 ; il est le premier vice-recteur de l’académie de Paris du 27 février 1821 à 1830, et à ce titre responsable de la gestion courante de l’académie – le titre de recteur de Paris étant porté par le grand maître. Voir Jean-François Condette, « Nicolle, Charles Dominique, abbé », Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940. Tome II, Dictionnaire biographique, Paris, Institut national de recherche pédagogique, 2006, p. 293-294.

[65] Lettre du doyen de la faculté des lettres au président de la commission de l’Instruction publique, 27 juillet 1820, AN, F/17/1787.

[66] Valentin Parisot, De corporum existentia, principio et conceptione, Paris, A. Egron, 1820, p. 16.

[67] Voir Victor Collard, D’une œuvre à l’autre : les modalités de la circulation des idées entre auteurs. Histoire sociale des idées « spinozistes » chez Pierre Bourdieu, thèse de doctorat en sociologie de l’EHESS, 2021, p. 89-97.

[68] Thomas-Henri Martin, De philosophicarum Benedicti de Spinoza, doctrinarum systemate, ex operibus ejus philosophicis omnibus exprompta, Caen, Pagny, 1836.

[69] Henri Wallon, « Notice sur la vie et les travaux de Thomas-Henri Martin, membre libre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 28 (4), 1884, p. 489-537, p. 493.

[70] Valentin Parisot, Eschyle, Shakespeare et Schiller, ou de l’unité dans la littérature, Paris, A. Egron, 1820, p. 16.

[71] La citation intégrale est : « Et pour prendre un exemple plus grand encore, qu’on examine le discours sur l’histoire universelle jusqu’à la mort de Jésus-Christ, l’unité n’est-elle pas parfaite ? Ce n’est pas que je préjuge jusqu’à quel point est vraie cette idée : ‘‘Tout s’est fait sur la terre pour la venue de Jésus-Christ’’ ; mais à coup sûr cette idée est celle d’un homme de génie ; le génie du moins a été nécessaire pour en faire le point central d’une histoire universelle, et nous intéresser à un peuple ignoré plus qu’aux grands destins de Babylone, de Sparte, de Carthage et de Rome. En un mot, l’unité d’action consiste plus dans celle du but, que dans celle de l’action elle-même ; et l’homme de génie peut aisément changer deux actions en une, en déplaçant le point central où repose l’unité, et le reportant sur une autre partie. » (ibid., p. 12)

[72] Note manuscrite à en-tête de la Commission de l’Instruction publique, sans date, AN, F/17/1787.

[73] Lettre de la Commission de l’instruction publique au doyen de la faculté des lettres de Paris, 9 août 1820, AN, F/17/1787.

[74] Lettre de la Commission de l’instruction publique au doyen de la faculté des lettres de Paris, 9 août 1820, AN, F/17/1787.

[75] Lettre du doyen de la faculté des lettres au président de la Commission de l’instruction publique, 14 août 1820, AN, F/1787.

[76] Valentin Parisot, Cantacuzène, homme d’État et historien, Paris, Joubert, 1845 ; id., E majore volumine excerpta, cui inscriptio est : De Porphyrio tria tmemata, Paris, Joubert, 1845.

[77] Voir Michel Espagne, Le paradigme de l’étranger. Les chaires de Littérature étrangère au XIXe siècle, Cerf, Paris, 1993, p. 49 et 136.

[78] Théodore de Banville, Mes Souvenirs, Paris, Charpentier, 1882, p. 368-369 (c’est Banville qui souligne).

[79] Arrêté du ministre de l’Instruction publique, 24 juin 1852, F/17/21436.

[80] Jules Simon, Victor Cousin, Paris, Hachette, 1887, p. 100. Les derniers certificats d’aptitude qu’il signe sont ainsi ceux du 23 août 1836, pour les thèses de Henri Georges Bach et Étienne Vacherot.

[81] Pour reprendre un concept développé par Charles Alunni et Norbert Verdier, à propos de leur étude des copies des normaliens de la Restauration ; voir Charles Alunni et Norbert Verdier (ed.), « La copie d’Évariste Galois au concours d’entrée à l’École préparatoire », Revue de Synthèse, 138 (1-4), 2017, p. 367-391 et Norbert Verdier, « Entrer à l’École préparatoire en 1829 », Revue de Synthèse, 138 (1-4), 2017, p. 419-444.

[82] Marie-Madeleine Compère, « Les professeurs de faculté dans l’Université impériale », dans Jacques-Olivier Boudon (dir.), Napoléon et les lycées : enseignement et société en Europe au début du XIXe siècle, Paris, Nouveau monde éditions/Fondation Napoléon, 2004, p. 305-326.



Citer ce billet
Pierre Verschueren (2022, 15 avril). Rouvrir le dossier (1) : les premiers temps du doctorat ès lettres (1810-1830). ès lettres. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oioj

Pierre Verschueren

Maître de conférences en histoire contemporaine

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search