Prélude : à propos du premier docteur ès lettres (1810)

  9h 30, le 14 août 1810, à Besançon, dans l’ancienne abbaye Saint-Vincent. Un quarantenaire, ancien prêtre, un temps hardi révolutionnaire, devenu professeur de lycée et bon père de famille, soutient les premières thèses de doctorat ès lettres devant un jury pour le moins bigarré. On y trouve par exemple un ancien avocat au Parlement de Paris, voltairien soigneusement rallié à tous les régimes successifs qu’a connu la France depuis 1789 ; deux ecclésiastiques, l’un réfractaire à la Constitution civile du clergé, l’autre doctrinaire incarcéré en 1793, les deux émigrés ; un comte, ancien curé défroqué pendant la Révolution, marié ; la séance est présidée par le recteur, franc-maçon, intellectuellement proche des idéologues, et accessoirement ami d’enfance de Charles Fourier. L’affaire n’est donc pas si banale. L’impétrant s’appelle Pierre Fontanier. Il soutient à cette occasion deux thèses, comme l’exige le “statut sur les facultés des lettres et des sciences” du 16 février 1810, “l’une sur la philosophie et l’autre sur la littérature ancienne et moderne”, “la première [étant] écrite et soutenue en latin”. L’événement a laissé peu de traces : la presse du temps de l’évoque pas, en l’état des recherches, et même le biographe attitré de Fontanier, Bernard Vinatier, n’en fait pas mention[1] – seule la plaque posée sur sa maison natale à Moissac, dans le Cantal, indique : “Docteur de l’université napoléonienne. Rhétoricien. Homme de lettres illustre.” Les deux thèses elles-mêmes ont manifestement été perdues de vue au XIXe siècle, puisque les catalogues usuels, comme celui d’Athenaïs Mourier et Félix Deltour, n’en indiquent pas le nombre de pages ; de fait, elles n’ont jamais été déposées à la faculté, mais des exemplaires sont conservés la bibliothèque municipale de Besançon, et ont été très récemment numérisés dans le cadre du projet Mémoire vive (ici et ). Pourquoi cet oubli ?

Médaillon de Pierre Fontanier. Peinture sur corne. 1811. Collection privée Bernard Vinatier.

De Moissac à “Besac”

Malgré cette lacune documentaire concernant ses thèses, Pierre Fontanier est sans doute l’un des professeurs de grammaire des années 1810 les mieux connus aujourd’hui. La chose aurait d’ailleurs fait sa surprise : jamais parvenu aux plus hauts postes, rapidement oublié après sa mort, ses œuvres sont redécouvertes et surtout republiées par Roland Barthes et surtout Gérard Genette dans les années 1960. Ce dernier fait de Fontanier un véritable best-seller pour étudiant de lettres, qui trouve en particulier dans les Figures du discours un inventaire et une classification systématique des figures de style[2]. Anne Vibert va jusqu’à suggérer que “si, lors de sa réédition en 1977, Gérard Genette n’avait pas présenté le Manuel classique pour l’étude des Tropes de Pierre Fontanier comme ”l’une des œuvres maîtresses de la rhétorique classique, et son aboutissement le plus représentatif et le plus achevé“, une étude sur la rhétorique au début du XIXe siècle aurait pu l’ignorer sans dommage”[3] : Fontanier écrit modestement à destination des élèves de seconde, dont il s’agit avant tout de “développer l’intelligence” et “former le jugement”, en s’exerçant sur des vers des années 1660-1740, et non de les former à l’art oratoire ou même à la prose. Cette discrétion n’a pas toujours été la caractéristique principale de Fontanier. Ce fils d’un laboureur respectable et instruit, né en 1765, est orienté tôt vers le sacerdoce par sa famille : il passe par le grand séminaire de Saint-Flour après des études au collège de la même ville, et est ordonné prêtre en 1789 ; reconnu comme un élève brillant, il retourne dans ce collège dès octobre 1787 pour exercer comme professeur de troisième. La Révolution le voit monter en première ligne : imprégné des idées des Lumières, il se joint dès sa fondation à la Société des Amis de la Constitution de la ville, apparue à la fin de cette année-là, et en devient le secrétaire – elle est renommée Société populaire de Saint-Flour en 1793. Fontanier devient alors un activiste, un montagnard actif et convaincu : pour Bernard Vinatier, “à la tête de l’aile marchante de la Révolution à Saint-Flour, il tenait le rôle de guide et parfois de chef dont il avait les fermes convictions et l’ascendant naturel.”[4]. Il participe ainsi, par exemple, au comité de surveillance révolutionnaire actif en 1794, avant d’être envoyé par la société populaire en mission à Paris, auprès du Comité des subsistances. C’est donc sans hésitation qu’il prête serment à la Constitution civile du clergé le 23 janvier 1791, dans un climat où la grande majorité des religieux du Cantal, et l’évêque Ruffo de Laric lui-même, sont réfractaires. Une partie des enseignants du collège démissionne, ce qui libère la place de professeur de philosophie, à laquelle Fontanier est immédiatement nommé. Mais l’agitation des parents d’élèves et des élèves, qui multiplient les menaces, est telle qu’il préfère démissionner. Il est alors nommé vicaire du nouvel évêque constitutionnel Thibault, secrétaire général dans l’administration diocésaine. Fontanier, comme une partie non négligeable du clergé, semble cependant rapidement s’éloigner de l’Église : le 21 octobre 1793, il se marie en grande pompe républicaine, sur l’air de “Ah ! ça ira ça ira”, devant toute la ville. La mariée est Marie Artonne, ancienne religieuse, administratrice de l’hôpital de Saint-Flour. Fontanier prononce ensuite, le 20 brumaire an II (10 novembre 1793), une première abjuration publique, déclarant renoncer “pour toujours à un ministère d’erreur et de mensonges”, et ne vouloir plus être désormais qu’un “apôtre de la raison et de la morale publique”, le “prédicateur du culte si simple et si sublime de la nature”[5]. Le 26 brumaire, il envoie à la Convention un hymne sur l’air de la Marseillaise, qui connaît un certain succès, dont voici les premiers vers :
O vous, qu’en des chaînes fatales, Retiennent des vœux insensés ! Prêtres, cénobites, vestales, les jours de l’erreur sont passés.
Une seconde suit le 17 nivôse an II (6 janvier 1794), prononcée devant la société populaire, où non seulement il ne se déclare plus prêtre, mais plus chrétien, et se fait prénommer “Émile”, en une profession de foi théiste :
Je le répète encore et je le répète à la face de l’univers, je ne veux plus du métier de prêtre, de ce métier d’imposture et de charlatanisme […] Périssent les prêtres avec les rois ! Tombent les autels avec les trônes ! Voilà mon vœu. Les droits de l’homme et la constitution républicaine, voilà mes dogmes. La raison, la nature, la morale universelle, voilà ma foi, mon évangile. […] Après l’Être suprême, la liberté, l’égalité, la patrie, voilà mes dieux. […] La qualité de chrétien ne vaut pas mieux, pour un républicain philosophe, que celle de prêtre, et je m’en suis également dépouillé. Le nom de Pierre, ce nom du chef des tyrans mîtrés, m’inspirait trop d’horreur pour le conserver plus longtemps, et je l’ai changé en celui d’Émile, nom si cher à mon cœur, et qui veut dire l’élève de Rousseau, l’enfant de la nature[6].
Fontanier semble bien avoir voulu profiter de sa mission de 1794 pour se fixer à Paris : le collège ayant fermé, il lui est désormais impossible d’enseigner à Saint-Flour ; or son nom circule pour être nommé professeur d’histoire, mythologie et géographie à l’Institut provisoire du district de l’Égalité (l’ancien collège Louis-le-Grand). Surtout, il a pris rang dans la liste des candidats du Cantal pour être admis à l’École normale, créée par le décret du 27 et 28 vendémiaire an III (18 et 19 octobre 1794) : de fait, il assiste aux enseignements jusqu’à la fermeture de l’institution, le 1er prairial an III (20 mai 1795). Il s’y lie avec les idéologues Dominique-Joseph Garat et l’abbé Sicard, dont il suit les cours. Entre temps, l’équilibre politique bascule : l’un de ses adversaires, un autre religieux défroqué membre de la société populaire de Saint-Flour, mais proche des Girondins, Pierre Vaissier, profite de son absence et de la réaction thermidorienne pour faire accuser Fontanier d’athéisme, et le dénoncer comme partisan de Robespierre et principal agent de la Terreur dans le Cantal, dans une adresse à la Convention nationale du 2 germinal an III. Le texte, tiré à 2000 exemplaires, circule dans tout Saint-Flour : malgré ses plaidoyers, Pierre Fontanier semble avoir jugé plus sage de ne pas revenir. De fait, le 26 germinal an III, il écrit une lettre aux représentants du peuple près l’École normale pour offrir ses services dans les futures écoles centrales[7] ; après un an d’attente comme modeste maître d’études au Prytanée français, il est nommé professeur de grammaire générale à l’école centrale de Mende puis, à compter de l’an VII, à celle Tournon, en Ardèche. Le poste n’est pas négligeable : l’école centrale de Tournon a excellente réputation, comme héritière de l’un des collèges les plus importants de l’Ancien Régime, l’une des douze écoles royales militaires fondées en 1776, au recrutement nettement élitaire[8]. Cette “grammaire générale” qu’enseigne Fontanier est le fer de lance intellectuel des idéologues, qui cherchent à donner à la philosophie des Lumières un prolongement scientifique, dans la lignée du sensualisme de Condillac. Le programme est ambitieux, puisque cette discipline doit se consacrer à l’analyse des sensations, des idées et des jugements, et aux moyens de les exprimer avec exactitude. L’objectif est de trouver une logique aussi simple que possible aux phénomènes textuels, puis de les ordonner selon une classification hiérarchisée. Le postulat central est que la pensée se constitue par synthèse associative des sensations, qui se regroupent en idées pour conduire aux synthèses du jugement ; enfin les sensations se structurent par le moyen des figures, ce sont elles qui provoquent le plaisir, donc le beau (défini comme convenance sensible et intellectuelle). Une telle perspective rationaliste, et même techniciste, ne tient pas compte des ambitions morales et philosophiques de la littérature : la grammaire générale devrait renverser l’esprit des humanités. Il ne s’agit plus, comme dans l’ancienne rhétorique, de proposer une formation active à la parole publique. Après la fermeture des écoles centrales en l’an XII (1804), considérées comme trop révolutionnaires, Fontainier reste à Tournon, dans l’“école secondaire particulière” qui a succédé à l’école centrale. Manifestement il passe ensuite plus de vingt ans à essayer de se faire oublier, faisant silence sur son passé révolutionnaire. Il retourne dans le service public en 1806, comme principal et professeur de lettres latines et françaises au collège de Romans et Bourg-de-Péage jusqu’en décembre 1809, date à laquelle il est nommé professeur de seconde au lycée de Besançon. La création de l’Université impériale entre 1806 et 1811 stabilise alors les carrières en fixant les enseignants, selon les grades dont ils sont alors pourvus, à des établissements désormais strictement hiérarchisés, au sein d’une hiérarchie pyramidale. La classe de rhétorique est en outre rétablie en 1808, reprenant la place que lui contestait la grammaire générale. C’est dans ce contexte que Fontanier présente ses thèses pour le doctorat ès lettres, en 1810 – sans doute pour manifester publiquement son adhésion aux nouvelles institutions et aux nouvelles normes intellectuelles, peut-être plus concrètement pour espérer obtenir au moins une chaire de rhétorique ou de philosophie, qu’il doit estimer mériter au vu de son parcours[9].

Le premier jury

À ce jour aucune source ne permet de savoir avec exactitude ce qui a pu amener Pierre Fontanier, enseignant déjà chevronné, à se porter candidat au doctorat ès lettres, si tôt après la publication du statut du 16 février 1810 qui en organise la collation, et dès la mise en place de la faculté de Besançon, le 1er mai 1810. Par chance, nous disposons de la copie du procès-verbal de la soutenance, consigné dans les registres de la faculté. Si l’original a été détruit dans l’incendie qui, en 1942, est survenu au secrétariat des facultés, à Besançon, le bibliothécaire et historien Félix Chambon en a publié le texte en 1904, dans la Revue internationale de l’enseignement[10], numérisée par la Bibliothèque historique de l’éducation. Ce document permet de risquer certaines hypothèses. La soutenance s’ouvre par une sorte de prologue, en l’absence de Fontanier, dans la salle du conseil de l’Académie, avec une explication de Jean-Jacques Ordinaire, à la fois recteur de l’académie, doyen de la faculté des lettres et professeur de philosophie en titre :
le recteur dit que M. Pierre Fontanier […] lui a exposé sa demande pour être reçu docteur dans la faculté des lettres […]. M. Fontanier, conformément à l’art. 35 [du statut du 16 février 1810], ne présentait point son titre de licencié, mais ayant été professeur de grammaire générale à l’école centrale du département de l’Ardèche, suivant qu’il nous en a justifié, le diplôme lui en était dû en exécution des délibérations et des règlements de l’Université impériale […].
De fait, l’arrêté du 22 août 1809, qui détermine les grades auxquels ont droit les membres des anciennes corporations enseignantes, dispose que sous réserve d’avoir enseigné dix ans ils peuvent obtenir, sous réserve bien sûr de s’acquitter du droit d’examen et de celui de diplôme, le grade correspondant aux fonctions qu’ils exercent :
Les professeurs de 6e, 5e et 4e, le grade de bachelier ès lettres. Les professeurs de 3e et de 2e, celui de licencié de la même faculté. Les professeurs de rhétorique, celui de docteur. Les professeurs de philosophie, celui de docteur, soit dans les lettres, soit dans les sciences. Les professeurs de théologie, celui de docteur dans cette faculté. Les professeurs des établissements où l’enseignement était incomplet n’auront droit qu’au titre de bachelier.
Fontanier a enseigné plus de dix ans, y compris en philosophie, mais au moment du décret il enseigne en seconde : il a donc droit au diplôme de licencié, mais manifestement pas à celui de docteur – contrairement à ses juges, les membres de la faculté des lettres de l’Académie impériale de Besançon, qui ont pourtant un profil et une trajectoire proches du sien[11]. À commencer par le recteur Ordinaire : né à Besançon en 1770, et donc de cinq ans plus jeune que Fontanier, il est reçu avocat en Parlement en 1790 comme son père et son grand-père mais choisi la carrière de l’enseignement, se faisant nommer professeur de grammaire générale à l’école centrale du Doubs en mai 1797, où il reste jusqu’à la création de la faculté et de l’académie. Si sa relative jeunesse explique peut-être qu’il n’ait pas été compromis dans les évènements de l’an II et III, la proximité intellectuelle avec Fontanier est nette : lui aussi est singulièrement attaché à la grammaire générale, en laquelle il voit “la science raisonnée des principes immuables et généraux de la parole prononcée ou écrite dans toutes les langues”[12], lui aussi est proche des idéologues, consacrant son cours de philosophie à l’analyse de l’entendement humain, le liant au système général des langues qu’il puise chez Condillac et Garat. Ordinaire est en outre suppléé dans la chaire de philosophie, par le comte Charles Alexandre de Moy, de vingt ans son aîné, dont le parcours est plus proche encore de celui de Fontanier (dont il est d’ailleurs collègue au lycée de Besançon, puisqu’il y enseigne la philosophie) : curé de Saint-Laurent, à Paris, député suppléant à l’Assemblée nationale en 1791, il prête serment à la Constitution, avant de publier en l’an IV un Accord de la religion et des cultes chez une nation libre qui souhaite l’égalité entre les cultes et préconise la création d’une vaste religion nationale ; il est ainsi l’un des tout premiers à demander la séparation des Églises et de l’État. Parmi les professeurs, tous plus âgés, on trouve un homme peut-être plus proche encore de Fontanier par le caractère heurté de sa trajectoire, occupant la chaire d’éloquence latine : Édouard Thomas Simon, né en 1740, est un maître en chirurgie devenu homme de lettres graphomane, ruiné par la crise des assignats, un temps partisan de la Révolution, devenu secrétaire général en chef des comités de salubrité, de mendicité et des secours publics des différentes assemblées nationales, puis bibliothécaire du Corps législatif puis du Tribunat, ensuite censeur au lycée de Nancy de 1808 à 1810 avant son accession à la chaire bisontine[13]. “Girouette”[14] typique, l’homme s’est ouvertement rallié à tous les régimes successifs, multipliant les publications de circonstance, adoptant une autre stratégie que Fontanier : dans une notice sur sa vie et ses ouvrages rédigés pour l’administration, il choisit d’assumer son passé tout en expliquant au sujet de la Révolution qu’il “en embrassa les principes avec chaleur, sans jamais cependant donner dans aucun de ses excès”[15]. Le jury accueille un quatrième membre au passé révolutionnaire, et même montagnard, lui aussi ecclésiastique défroqué : François Joseph Génisset, né en 1769 près de Dole, devenu membre de la Congrégation de l’Oratoire, devient professeur d’humanités au collège de Dôle en 1789, et se prépare à une carrière enseignante. Lui aussi a eu un engagement révolutionnaire montagnard : il publie un catéchisme républicain en 1792, devient vice-président de la Société populaire, et participe à la répression de l’insurrection fédéraliste jurassienne, en 1793. Après thermidor, il entre dans l’administration du Jura, mais son opposition au coup d’État du 18 brumaire an VIII le pousse à revenir à l’enseignement : il obtient un poste en 1803 au lycée de Besançon nouvellement créé, occupant en 1810 la chaire de rhétorique, tout en étant adjoint à la faculté[16] – il est ainsi, comme de Moy, un collègue direct de Fontanier au lycée. L’inspecteur François Marie Répécaud a connu le même type de parcours, plus discret cependant : oratorien, professeur au collège de Salins jusqu’en 1792, il s’engage certes cette année-là dans un bataillon de volontaire, mais son engagement politique se limite à un rôle d’administrateur municipal sous le Directoire, et il retourne à son collège dès 1804, avant d’être nommé inspecteur en 1810. Mais ce qui est sans doute le plus remarquable, c’est que le corps enseignant accueille aussi des hommes qui ont été résolument dans l’autre camps : la faculté des lettres de Besançon est ainsi un parfait exemple de l’ambition napoléonienne de réconciliation, à son service, des élites révolutionnaires et contre-révolutionnaires. La chaire d’histoire est ainsi occupée par l’abbé Nicolas Antoine Labbey de Billy, né en 1753, issu d’une vieille famille noble de Franche-Comté, devenu docteur en théologie après des études de droit, prédicateur à Versailles en 1786, puis vicaire général de Langres ; il refuse de prêter le serment des ecclésiastiques et prend en 1791 le chemin de l’exil, passant quelques années en Suisse, en Allemagne puis en Italie, en particulier à Florence[17], avant de revenir en France en 1809. La chaire de littérature française enfin est tenue par un homme comparable : l’abbé Hyacinthe François Tramier de la Boissière, né en 1754, licencié en droit civil et canonique de l’université d’Avignon devenu frère de la Doctrine chrétienne, un temps prédicateur du roi et vicaire général de Valence ; lui aussi réfractaire, il est incarcéré en 1793, avant d’émigrer[18]. Un seul membre du jury a finalement échappé aux turbulences de la Révolution : le second inspecteur d’Académie, Claude Éloi Bertaut, est né en 1782, et donc bien trop jeune pour avoir dû prendre parti[19].

La première soutenance

Parmi ces personnages, le recteur et doyen Ordinaire a décidé seul que la soutenance devait avoir lieu :
le recteur a annoncé que M. Fontanier était prêt à soutenir les deux thèses voulues également par l’art. 35 du statut ; il a ajouté que ces deux thèses lui avaient été présentées en manuscrits, et qu’elles avaient été imprimées en suite de son permis, soit comme recteur, soit comme doyen de la faculté, et qu’elles avaient été rendues publiques.
De fait, pour obtenir le grade de docteur il faut deux thèses, “l’une sur la philosophie et l’autre sur la littérature ancienne et moderne. La première sera écrite et soutenue en latin”[20]. Comme sous l’Ancien Régime, seul le “programme” de ces thèses doit être imprimé[21], après avoir reçu le visa du doyen et le permis du recteur (art. 38) ; une fois cette impression réalisée, le programme est rendu public, mais lors de la soutenance “les membres de la faculté auront seuls le droit d’argumenter ou d’interroger, et dans l’ordre qui aura été réglé par le doyen” (art. 37), sachant que tous les membres doivent être présents et sont admis à voter sur la capacité du candidat. L’épreuve de la soutenance s’enracine ainsi dans des pratiques anciennes, héritées de la maîtrise ès arts, en particulier l’importance de la performance oratoire, et de la mise en jeu de la faculté dans son ensemble[22]. L’épreuve est ainsi avant tout pensée comme un rituel d’incorporation, mettant en scène la faculté nouvellement constituée : “tous les membres de la faculté revêtus de leur grand costume et précédés de l’appariteur, se sont rendus dans la grande salle destinée aux examens public, où ils ont occupé les places qui leur étaient fixées” ; la séance a lieu “en présence d’un grand nombre de fonctionnaires publics et de citoyens de toutes les classes”. Le dispositif innove cependant sur un certain nombre de points : l’État manifeste son emprise, par le rôle central pris par le recteur, son agent direct ; la soutenance de deux thèses distinctes vise à révéler l’étendue des capacités du candidat, sa polyvalence, et donc sa capacité à occuper les postes les plus élevés de l’enseignement, dans un contexte où les logiques disciplinaires sont encore embryonnaires.

Page de garde de la thèse latine de Pierre Fontanier (Bibliothèque municipale de Besançon, 64681)

Le jury installé, Fontanier distribue tout d’abord à chacun des membres de la faculté les exemplaires de ses “thèses” : si celles-ci ont été rendues publiques auparavant, c’est sans doute sous la forme d’un affichage mural. Le texte en est de fait succinct : sept pages pour la thèse latine, douze pages pour la thèse française. Puis commence la soutenance de la thèse de philosophie, en latin, intitulée De animâ humanâ et dédiée à l’archevêque de Besançon, Le Coz. Fontanier en “développe les théorèmes”, en latin, pendant une demi-heure. Si l’on en croit le programme, l’argumentation s’est déployée en deux temps, l’impétrant s’intéressant tout d’abord à la substance de l’âme, puis à ses facultés. Fontanier développe une position classiquement dualiste : selon lui, l’âme est tout à fait différente et distincte du corps, s’en distinguant par sa nature et sa substance. La question est de savoir comment expliquer cette “merveilleuse et étonnante” conjonction qui les unit. Fontanier établit tout d’abord la liste des systèmes qu’il faut rejeter, insistant en particulier sur celui de Leibnitz et celui des défenseurs du “médiateur plastique” comme Ralph Cudworth. Puis il défend le système des “causes occasionnelles”[23], dans lequel selon lui “la conjonction de l’âme et du corps consiste en un échange mutuel de mouvements et de pensées ou d’affections, c’est-à-dire en ce que, à l’occasion des mouvements du corps, dans l’âme naissent les affections et les pensées”[24]. Fontanier se garde bien de préciser sur quel(s) auteur(s) il se fonde précisément : si sa thèse revient à une défense des positions du sensualisme, il pourrait tout aussi bien arguer s’être appuyé sur Descartes. La suite de cette partie est d’une parfaite orthodoxie, se concentrant sur les raisons plaidant en faveur de l’immortalité de l’âme, avant que la seconde partie ne voie les inspirations “idéologues” de Fontanier reprendre le dessus : l’étude des facultés de l’âme passe par l’établissement d’une nomenclature, distinguant par exemple dix catégories différentes relevant de l’intellect (l’attention, la perception, l’analyse, etc.). Dans un espace des références philosophiques intégralement cantonné au XVIIe siècle, c’est à Fénelon qu’est donné le mot de la fin, par une citation du De existentia Dei. On ne sait rien de la discussion avec le jury, si ce n’est qu’elle a duré 1 h 30 et que, présidée par de Moy, suppléant dans la chaire de philosophie, elle s’est déroulée en commençant par le recteur – qui a sans doute défendu des positions proches de celles de Fontanier, on l’a vu –, puis les inspecteurs et les professeurs, par ordre d’ancienneté.

Page de garde de la thèse française de Pierre Fontanier (Bibliothèque municipale de Besançon, 64682)

Succède à ce premier exercice un second, la soutenance de la thèse française, intitulée La Comédie, son origine, sa nature, ses différentes espèces, son influence sur les mœurs, dédiée au préfet du Doubs, Debry ; le jury est le même, mais la présidence change, tenue par Simon, en tant que professeur d’éloquence latine. Les options théoriques de Fontanier sont ici plus visibles encore, de même que sa manie classificatoire : il commence par expliquer que, puisqu’il s’agit d’une “thèse sur la littérature ancienne et moderne”, il ne doit donc considérer la comédie “que sous le rapport purement littéraire”, “comme une des branches du grand art de la poésie”, écartant donc le “rapport moral”. Il choisit ainsi de comprendre ce qui lui est demandé – puisque manifestement le sujet lui a été donné, sans doute par Ordinaire – comme un exercice de grammaire générale, profitant du flou qui entoure le terme de “littérature”. L’étude de la comédie est dès lors opérée en deux parties. La première s’intitule “théorie de la comédie” et, après avoir défini le ridicule, s’attache à proposer des façons de classer les comédies, selon leur genre, leur registre, etc. Il s’intéresse ensuite aux outils qui permettent d’écrire une comédie, en particulier du point de vue de l’intrigue. Posant par exemple la question de savoir si l’amour est nécessaire pour une comédie, il répond “Hélas ! oui”, mais “qu’il soit honnête et décent”. Les questions de style, en revanche, le retiennent peu, se limitant à exiger qu’il soit “simple, naturel et facile”[25]. Là encore, le XVIIe siècle est central : Fontanier puise ses sources théoriques chez Boileau et Despréaux, qu’il cite explicitement, et défendant par exemple la règle des trois unités ; les exemples donnés sont tirés de Molière, Corneille, et de Jean-François Regnard. La seconde partie est consacrée à une “histoire de la comédie”, qui passe en revue toute une série d’auteurs, souvent réduits à leur nom et à une appréciation lapidaire (“Molière le plus grand des anciens et moderne”, “cet infâme Arétin que l’on craint de nommer”). Ce panorama est encore une fois soigneusement classé, commençant par les Grecs, puis les Latins, les Français et enfin les étrangers (c’est-à-dire les Espagnols, Italiens, Allemands et Anglais), “inférieurs aux Français pour la comédie comme pour la tragédie”, caractérisés par “leur mauvais goût en général, assez prouvé par le mépris de la loi des trois unités”. Là encore, discussion et argumentation durent un total de deux heures, avant que la faculté ne se retire pour délibérer secrètement ; de retour dans la salle publique des examens, le recteur Ordinaire proclame Fontanier “admissible au grade du doctorat” – puisque c’est au Grand-Maître de délivrer officiellement le grade, au vu du certificat alors délivré. De manière générale, la soutenance de Fontanier apparaît donc comme bien plus que “le développement de lieux communs classiques” qu’Alphonse Aulard voyait dans les thèses du doctorat du Premier Empire[26]. Pour Fontanier, c’est à la fois un moyen de manifester sa bonne volonté vis-à-vis du nouveau régime, de se faire connaître dans un milieu intellectuel local qu’il connaît encore mal, et de plaider subtilement pour ses options théoriques et littéraires, marquées par l’Idéologie, le sensualisme et le néoclassicisme.

Conclusion

Malgré les efforts déployés par Fontanier pour se faire discret, et pour manifester sa bonne volonté en se soumettant à l’exercice de la soutenance de thèses, son passé le rattrape. En 1814, dans un contexte où les tensions se multiplient entre le clergé comtois et l’enseignement public[27], des “âmes bien intentionnées”[28] le signalent à l’attention du ministère ; il est suspendu avec traitement de non-activité et il n’enseignera plus jamais. C’est bien d’“une sorte d’anathème civil” qu’il est frappé, comme il l’écrit au grand-maître de l’Université, le comte de Fontanes, le 27 octobre 1814, pour le seul motif qu’il est un prêtre marié – alors même qu’un rescrit du pape l’a très régulièrement rendu à l’état de séculier, qu’il s’est marié religieusement, et que l’archevêque de Besançon le soutient ouvertement[29]. En avril 1815, pendant les Cent-Jours, il espère pouvoir réintégrer les cadres à la faveur du come back napoléonien : dans une lettre à ce prélat, il estime qu’”[il] aura sans peine une place dans l’Université”[30] – puisque Napoléon, trahi par Fontanes[31], a nommé un nouveau grand-maître, Charles-François Lebrun. Mais Napoléon échoue, et Fontanier reste écarté. On a toutes les raisons de penser que c’est son activisme au sein des sociétés populaires pendant la période révolutionnaire qui explique cette mise au placard ; ses protestations renouvelées le laissent à penser, puisqu’en 1818, dans une nouvelle lettre au ministère, il fait le choix d’insister ainsi : “Je n’ai été un peu exalté en fait de politique que dans les premières années de la Révolution. Je ne me vanterai pas d’avoir travaillé pour les Bourbons pendant qu’ils étaient hors de France, mais je pourrais répondre que personne ne leur serait plus fidèle que moi”[32]. Dans tous les cas, il note dans la marge de la notice intitulée “titres et services” qu’il joint à son plaidoyer : “peut-être le premier docteur ès-lettres reçu suivant les formes prescrites par l’Université”[33] – gage sans doute à ses yeux de son respect des institutions. Il parvient à conserver un traitement de non-activité, et tente manifestement de retourner dans les bonnes grâces du ministère dans les années qui suivent : il s’installe à Paris, où il publie des manuels, à commencer par, en 1818 une nouvelle édition des Tropes de Dumarsais, puis le Manuel classique pour l’étude des tropes, en 1821, suivi Des figures autres que des tropes, en 1827. Ces ouvrages font preuve d’un certain ethos idéologue, marqué par l’objectif de simplification et de classification, mais aussi le goût du néologisme, préoccupé de technique bien plus que de style ou d’esthétique ; même s’ils sont “approuvés par l’Université”, ils restent trop loin de l’esprit qui domine l’enseignement sous la Restauration, la rhétorique ayant retrouvé sa pleine puissance, avec la place reprise par l’éloquence dans les institutions[34]. Fontanier reste ainsi émérite : lorsque les traitements de non-activité sont supprimés, en 1818, il est nommé secrétaire de l’Académie de Rouen, poste qu’il occupe jusqu’à sa mise à la retraite, contre son gré, le 11 janvier 1823, à 58 ans. Il retourne alors à Moissac, dont il devient le maire de 1832 à 1840, et où il décède le 18 mars 1844. Le cas de la soutenance de Fontanier montre que la première génération de docteurs et de professeurs des facultés n’a sans doute pas été aussi inintéressante et ennuyeuse que la mémoire universitaire a voulu laisser penser – aidé en cela par le topos romantique du maître de littérature fossilisé. Fontanier, comme ses juges, a un parcours complexe, oublié parce qu’il a voulu se faire oublier. Avec succès semble-t-il, puisqu’à en croire Genette il a eu “une vie discrète et exemplaire de professeur, vouée apparemment tout entière à l’enseignement par la parole et par l’écrit. Faut-il souhaiter en savoir davantage ?”[35]. Et bien oui, il faut souhaiter en savoir davantage.
  [1] Voir Bernard Vinatier, “Un intellectuel dans la Révolution du Cantal : Pierre Fontanier”, Revue de la Haute Auvergne, 52, 1989, p. 181-245 et id., “Pierre Fontanier dans son pays”, in Jean-Paul Sermain et Françoise Douay (dir.), Pierre Émile Fontanier : la Rhétorique ou les figures de la Révolution à la Restauration, Québec, Presses de l’université Laval, 2007, p. 17-36. Aucune mention non plus dans “Fontanier Pierre”, in Stéphane Baciocchi et Dominique Julia (dir.), Dictionnaire prosopographique des élèves nommés à l’École normale de l’an III, 2016, http://lakanal-1795.huma-num.fr. Les éléments biographiques de cet article sont tirés de ces sources, ainsi que du dossier de carrière de Fontanier, conservé en AN, F17/17/20752. Je remercie Thomas Areal pour son aide bibliographique, Lucie Lachenal pour son aide archivistique, Bernard Vinatier pour son aide iconographique. Arnaud Desvignes, Gabriela Goldin Marcovich, Lucie Lachenal et Côme Simien ont bien voulu me donner leur avis sur une première version de ce texte : merci. [2] Pierre Fontanier (préf. Gérard Genette), Les Figures du discours, Paris, Flammarion, 1968, réédité en 1977, 1996 et 2009. Il s’agit d’une réédition conjointe de Les figures du Discours, le Manuel classique pour l’étude des Tropes, 1821 et Des figures autres que tropes, 1827. Sur les raisons de cette opération d’exhumation, qui n’est pas le sujet de cet article, voir Jean-Paul Sermain, “Les silences de Gérard Genette et d’”Émile” Fontanier“, in Jean-Paul Sermain et Françoise Douay (dir.), op. cit., p. 1-16. Voir Aussi Arlette Michel, ”Romantisme, littérature et rhétorique”, in Marc Fumaroli (dir.), Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne, Paris, Presses universitaires de France, 1999, p. 1039-1070. [3] Anne Vibert, “Fontanier : autour et au-delà de la rhétorique dans le premier tiers du XIXe siècle”, Revue d’histoire littéraire de la France, 105 (2), 2005, p. 369-393, cit. p. 369. [4] Bernard Vinatier, “Un intellectuel…”, op. cit., p. 212. [5] AN, F/19/877, cité par Bernard Vinatier, “Un intellectuel…”, op. cit., p. 186. [6] Archives municipales de Saint Flour, I, 2, 135, cité par Bernard Vinatier, “Un intellectuel…”, op. cit., p. 197. [7] Dominique Julia, L’École normale de l’an III, une institution révolutionnaire et ses élèves, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2016, p. 431. [8] Voir Willem Frijhoff et Dominique Julia, “Les grands pensionnats de l’Ancien Régime à la Restauration : la permanence d’une structure éducative”, Annales historiques de la Révolution française, 243, 1981, p. 153-198. Voir aussi Ilona Pabst et Jochen Hafner, “Pierre Fontanier et les écoles centrales”, in Jean-Paul Sermain et Françoise Douay, op. cit., p. 159-187. [9] On peut en particulier penser qu’il espère la succession de François Joseph Génisset dans la chaire de rhétorique du lycée (cf. infra) : Génisset est déjà très impliqué à la faculté, et est de fait nommé en 1811 professeur de littérature grecque. De la même façon, il espère peut-être aussi que le poste de de Moy en philosophie se libère rapidement. [10] Félix Chambon, “Les débuts d’une Université provinciale. Besançon”, Revue internationale de l’enseignement, 48, 1904, p. 516-522. [11] Voir le travail pionnier de Marie-Madeleine Compère, “Les professeurs de faculté dans l’Université impériale”, in Jacques-Olivier Boudon (dir.), Napoléon et les lycées, Paris, Nouveau monde éditions, 2004, p. 305-326. [12] Louis Villat, “Le premier recteur de l’Académie de Besançon, Jean-Jacques Ordinaire (1770-1843)”, Mémoires de Académie de Besançon, 1928, p. 117-152. [13] Les archives de Simon sont déposées aux Archives nationales, sous la cote 679 AP. [14] Pierre Serna, La République des girouettes. 1789-1815, et au-delà : une anomalie politique, la France de l’extrême centre, Seyssel, Champ Vallon, 2005. [15] “Notice sur la vie et les ouvrages de M. Simon”, 1817, AN, 679 AP. [16] Une note de l’administration ministérielle indique au moment de sa nomination : “Il sera membre de la faculté, mais sans être attaché pour le moment à une chaire spéciale. Il aura les droits et les honneurs de membre de la faculté, moins le traitement attaché à ce dernier titre ; il ne touchera provisoirement que le traitement de professeur de rhétorique du lycée.” (AN, F/17/1721). En 1813, Génisset ouvre un cours de langue grecque à la faculté. [17] Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité. Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français en Italie, milieu XVIIIe – début XIXe siècle, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2008, p. 142. [18] AN, F/17/21032. [19] Jean-François Condette, “35) Bertaut Éloi”, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940. Tome II, Dictionnaire biographique, Paris, Institut national de recherche pédagogique, 2006, p. 70. [20] Statut sur les facultés des lettres et des sciences, 16 février 1810. [21] Véronique Meyer, “Les thèses, leur soutenance et leurs illustrations dans les universités françaises sous l’Ancien Régime”, in Claude Jolly et Bruno Neveu (dir.), Éléments pour une histoire de la thèse, Paris, Aux Amateurs de livres et Klincksieck, 1993 p. 45-112. [22] Boris Noguès, “La maîtrise ès arts en France aux XVIIe et XVIIIe siècles”, Histoire de l’éducation, 124, 2009, p. 95-134. [23] Delphine Kolesnik, “Les occasionnalismes en France à l’âge classique. Le”cas” arnaldien”, Revue de métaphysique et de morale, 49 (1), 2006, p. 41-54. [24] Pierre Fontanier, De animâ humanâ, Besançon, Claude-François Mourgeon, 1810, p. 3 [traduit par moi]. [25] Pierre Fontanier, Dissertation sur la Comédie, Besançon, Claude-François Mourgeon, 1810, p. 7. [26] Alphonse Aulard, Napoléon Ier et le monopole universitaire, origines et fonctionnement de l’Université impériale, Paris, 1911, p. 333-334. [27] Le recteur Ordinaire décrit les critiques que subit les institutions qu’il dirige dans un long rapport à la Commission de l’Instruction publique, daté du 20 juillet 1815, F/17/1721. Ce courrier évoque en particulier les attaques que connait Simon. [28] Dominique Julia, op. cit., p. 507. Fontanier s’est pourtant réconcilié avec l’Église dans les formes, voir id, p. 505-506. [29] AN, F/17/20752. [30] Lettre de Pierre Fontanier à Claude Le Coz, 15 avril 1815, Bibliothèque municipale de Besançon, MS 1441-1442. [31] Napoléon a fait de Louis de Fontanes le premier grand-maître de l’Université, en 1808 ; lorsque l’empereur abdique, le 14 avril 1814, Fontanes change immédiatement de camp, et est confimé dans son poste par Louis XVIII – jusqu’à la suppression de cette charge et la dissolution de l’Université en février 1815. Fontanes reste dans le camp royaliste pendant les Cent Jours, accueillant par exemple le roi à Saint-Denis le 22 juin 1815. [32] Lettre à la Commission de l’Instruction publique, 17 août 1818, F/17/20752. [33] “Titres et services”, 1818, F/17/20752 [34] Anne Vibert, op. cit.. [35] Gérard Genette, “Introduction”, in Pierre Fontanier, Les Figures du discours, op. cit., p. 17.

Pierre Verschueren

Maître de conférences en histoire contemporaine

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. VINATIER Bernard dit :

    P.S. Vous avez enrichi mon nom d’un D à la place d’un T dans les références n°4,5 et 6. La proximité des dentales explique cette légère inexactitude: mes ancêtres cultivaient la vigne et faisaient très certainement le commerce du vin…les descendants en buvaient probablement. C’est aussi un lieudit assez fréquent dans le sud-ouest et même à l’est (à Lyon, par exemple. En toute amitié.

  2. Je viens de parcourir avec délectation votre étude sur Pierre Fontanier: quand j’en aurai effectué un tirage sur papier je la relirai plusieurs fois par plaisir et surtout par passion car vous m’apportez une foule de renseignements. J’ignorais à peu près complètement tous les événements que vous évoquez pendant son séjour à Bezançon : au pays on était resté surtout sensible au “scandale” religieux de sa jeunesse et dans la dernière partie de sa vie à son rôle de maire de Moissac (Cantal) qui fut loin d’être négligeable. Savez-vous qu’il rédigeait lui-même tous les comptes rendus des réunions du conseil municipal: j’ai moi-même recopié le registre municipal de ces années-là: je vais rechercher ce qui reste dans mes archives personnelles et je vous ferai parvenir des copies. Soyez vivement remercié pour votre travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search