Victor Le Clerc, un doyen de premier plan dans l’évolution du doctorat ès lettres

Portrait de Leclerc Joseph Victor, (1789-1865), érudit. Carte de visite. Entre 1860 et 1890. Photographie de Charles Reutlinger (1816-1880). Paris, musée Carnavalet.

 

Si le nom de Pierre Fontanier dont il est question dans le billet qui lui est dédié est encore connu de nos jours (notamment en raison de son manuel de rhétorique qui a sans doute figuré au nombre des livres de chevet de bien des élèves de lycée et de classes préparatoires…), le nom de Joseph Victor Le Clerc (1789-1865), tout comme son manuel de rhétorique, ont connu une postérité bien plus modeste[1]. Des milliers d’étudiants de la Sorbonne sont pourtant passés devant son portrait en traversant la cour de la Sorbonne ou en consultant des livres à la bibliothèque dont un nombre non négligeable ont d’ailleurs appartenu à cet homme[2]. Ces quelques traces de son passage à la Sorbonne sont largement à la mesure de sa contribution à l’histoire de l’établissement puisqu’il fut doyen de la faculté des lettres durant une trentaine d’années, entre 1832 et 1865, après y avoir été professeur d’éloquence latine au de mai 1824 à mars 1834.

De nouvelles exigences méthodologiques sous le décanat Le Clerc (1832-1865)

L’helléniste de renom Émile Egger qui enseigna à la Sorbonne entre 1840 et 1885 insiste bien, dans un article du Journal des Débats publié en 1880, le rôle de premier plan joué par Joseph Victor Le Clerc dans le cadre de l’évolution de la thèse de doctorat :

 Jusque vers 1830, les thèses ne furent guère autre chose que de courts programmes, l’un en français, l’autre en latin, pour la discussion publique, et cela sur des lieux communs de philosophie et de critique littéraire tels que l’églogue, l’épopée, l’existence de Dieu etc… […] La faculté des lettres renaissante se contenta longtemps de sujets très généraux et qui ne pouvaient être exposés en quelques pages, ni utilement discutés dans une soutenance de deux heures environ […] dès 1830, on peut dire que le troisième et dernier grade universitaire ne pouvait être obtenu qu’avec deux thèses, dont l’une au moins fit faire quelque progrès à la science. Un autre signe de ce progrès était la durée des soutenances. Jusqu’en 1833, la faculté de Paris procédait quelquefois à deux examens de docteurs dans la même journée. À partir de cette année M. Victor Le Clerc décida sans demander pour cela l’intervention d’un règlement nouveau, que désormais la faculté n’examinerait qu’un docteur à la fois. La séance, divisée en deux parties pour donner quelque repos au candidat et à ses juges, ne durait guère moins de six heures ; souvent même elle dura davantage. Le savant doyen ne s’y épargnait pas, pour sa part ; et je l’ai vu un jour argumenter à lui seul pendant deux heures sur les sermons de Saint Thomas d’Aquin. Étions-nous assez loin déjà du temps où l’on pouvait reprocher au doctorat de n’être qu’une élégante passe d’armes, sur des lieux communs familiers à tous les humanistes[3].

Même si le nombre de pages d’une thèse n’est pas forcément révélatrice de la qualité du contenu, l’augmentation significative de la taille de tels travaux sous le décanat de Le Clerc peut être envisagée comme le reflet de l’approfondissement des sujets traités. De fait, entre 1810 et 1839, sur 122 thèses françaises soutenues devant la faculté des lettres de Paris, 91 comportent moins de 50 pages, 32 comptent 20 pages ou moins, et 14 seulement comportent plus de 100 pages. Entre 1840 et 1865 au contraire, sur 208 thèses françaises soutenues devant la faculté des lettres de Paris, 189 comportent plus de 100 pages et 128 plus de 200 pages. Une telle évolution va de pair avec celle de la réglementation sur la thèse de doctorat qui permet aux doctorants, à partir de 1840 de choisir librement leur sujet là où durant la période précédente, la thèse latine devait forcément porter sur un sujet de philosophie et la thèse française sur un sujet de littérature ancienne ou moderne[4]. Pierre Verschueren, dans un autre billet publié sur le blog[5], nuance cependant, avec raison, les propos d’Émile Egger, en rappelant que le point de vue de ce dernier sur les modalités de soutenance avant le décanat de Le Clerc n’étaient sans doute pas aussi simples qu’il le prétend.

Des commentaires sévères du doyen sur les sujets choisis et leur traitement

Si l’historien ne dispose malheureusement pas de la transcription de tous les propos tenus durant ces soutenances, au moins dispose-t-il des comptes rendus dressés par le doyen Le Clerc après chacune de ces cérémonies. Le doyen, dans ses rapports, commence par présenter en quelques mots le candidat, le plus souvent, un professeur du secondaire ou un ecclésiastique, avant de présenter les défauts et les mérites de la thèse latine puis de la thèse française. La lecture attentive des rapports permet de comprendre quelles sont les attentes du jury formé par le doyen et les autres professeurs de la faculté, sachant que la validation des thèses et de la soutenance est théoriquement nécessaire à l’obtention d’un poste de professeur dans une faculté[6]

 

Il semble qu’une certaine cohérence doive présider au choix de chacune des deux thèses si l’on en croit plusieurs rapports. Ainsi Louis Félix Speckert se voit reprocher d’avoir « écrit sur Vellérius en français et sur La Bruyère en latin »[7] alors que l’abbé Goux au contraire est félicité car il « ne pouvait choisir un sujet qui se prêtât mieux à une dissertation latine qu’un jugement sur les Sermons de Saint-Thomas d’Aquin »[8]. Lorsque la période envisagée dans le cadre de la thèse s’y prête, le doyen invite les doctorants à choisir des sujets portant sur leur lieu d’affectation afin d’en mettre en valeur les archives. Les propos contenus dans le rapport consacré aux thèses de Ernest Marie Charles Mourin en témoignent : « La faculté ne saurait voir surtout sans quelque satisfaction un essai de plus dans un genre de recherches qu’elle ne cesse de recommander aux jeunes professeurs de l’Université, qui ne peuvent mieux reconnaître l’accueil qu’ils reçoivent dans les diverses villes de notre vieille France qu’en les aidant à compléter leurs annales »[9]. Selon J. V. Le Clerc, de tels documents, non encore étudiés, permettent aux étudiants d’apporter des éclairages nouveaux : « Le véritable honneur de cette épreuve est dans l’heureux emploi d’une méthode que la faculté des lettres de Paris ne cesse d’encourager, celle qui consiste à éclaircir l’histoire par les documents inédits »[10].

La manière d’aborder les sources avec un regard critique est tout aussi importante à ses yeux : « Il a bien fallu que la faculté, à son tour, se mît à blâmer unanimement et cette opiniâtreté systématique à trouver tout mauvais dans l’Antiquité grecque et latine, étrange passion qu’on voudrait rendre populaire, et cette autre manie de juger les choses et les hommes d’après quelques lambeaux de textes accommodés au besoin de telle ou telle cause, mauvaise méthode pour étudier et comprendre l’histoire. On aurait aussi voulu que ces paradoxes fussent rachetés par plus d’ordre dans le plan et de correction dans le style »[11]. Une telle tâche ne peut être menée à bien, si l’on en croit le doyen, que dans le cadre d’un sujet bien délimité. L’abbé Bouret se voit ainsi reprocher d’avoir été trop ambitieux dans le traitement de son sujet de thèse française :

Dans la première thèse, quoique faiblement écrite, l’intérêt du sujet a été favorable au candidat : il y a fait ressortir et il a convenablement développé de vive voix les rapports de la population chrétienne d’Andalousie avec les émirs et les califes, la vie et les écrits de Saint Euloge, la controverse entre Jean de Séville et Alvar pour et contre les auteurs de l’Antiquité profane. Sur les points mis en discussion, il s’est assez bien défendu. Malgré la prétention de l’auteur à remplir une lacune dans l’histoire, et peut-être même à cause de cette prétention, l’autre sujet a été pour lui beaucoup moins heureux. Il s’en est tellement exagéré l’importance qu’au lieu de se demander tout simplement quel avait pu être l’enseignement à Séville sous les Wisigoths, il a voulu faire ce qu’il appelle l’École de Séville comme le centre de tout l’Occident de l’Europe, et s’est ainsi laissé entraîner à de trop nombreuses questions : les temps primitifs de l’Espagne, en remontant jusqu’à Thubal, petit-fils de Noé ; l’origine de la rime, les plus anciens hymnes de l’Église, la liturgie mozarabe, le Fuero Juzgo, les Siete partidas, etc

Il en est résulté que pas une de ces questions, dont chacune aurait exigé de profondes recherches, n’a été résolue dans l’ouvrage, trop déclamatoire pour être sérieux, ni éclaircie dans les réponses de l’auteur aux objections. Il y en a même auxquelles il n’a point du tout répondu[12].

Cependant, le choix d’un sujet plus localisé ne garantit pas forcément le succès si l’on en croit les conclusions de Le Clerc relatives à la thèse française de Bredif soutenue le 2 novembre 1863 :

M. Bredif était professeur à Caen, lorsqu’il s’est souvenu que notre faculté des Lettres a souvent conseillé aux jeunes candidats au doctorat de choisir parmi les renommées littéraires des pays où ils se trouvent le sujet de leurs travaux ; et il s’est livré à une étude approfondie de la vie et et des Œuvres de Segrais. Cette étude, poursuivie avec persévérance, pendant quatre années, en France et en Algérie, n’échappe pas aux reproches que méritent d’ordinaire ces longues monographies : trop de petites anecdotes, de petites remarques, et surtout une affection trop indulgente pour le personnage, quel qu’il soit, avec lequel on a si souvent vécu[13].

D’autres candidats se risquent à envisager des sujets beaucoup plus exotiques mais ils sont très minoritaires. On peut citer l’exemple de Guérin qui a sillonné la Palestine et l’île de Rhodes pour les besoins de ses deux thèses. Le Clerc note dans son rapport que le candidat a tenu à « visiter les quarante-sept villages de l’île, parmi lesquels il y en a qui ont remplacé les illustres cités de Camiros, Ialysus, Iindos »[14]. On imagine sans peine ce qu’un tel voyage a dû coûter au candidat avec les moyens de transport de l’époque… Le choix d’un sujet plus classique ne semble toutefois pas forcément plus simple à aborder lorsque l’on travaille dans une ville autre que Paris où les bibliothèques et leurs fonds n’ont pas d’équivalent ailleurs en France. Il suffit pour s’en convaincre de se référer au contenu du rapport consacré aux thèses de Chassang professeur de rhétorique au lycée de Bourges :

C’est par un travail opiniâtre de plusieurs années sur cette unique question de l’histoire des lettres que le candidat a mérité d’être proposé comme un encouragement et comme un exemple aux jeunes professeurs qui se plaignent du peu de ressources qu’ils trouvent en province. La province ne l’a point empêché de terminer la lecture et quelquefois même la copie d’un grand nombre d’ouvrages qu’il ne pouvait espérer de rencontrer que dans les bibliothèques de Paris, publiques ou particulières, et qu’il est venu continuellement y chercher[15].

Une attention particulière du doyen à la qualité du style

Le doyen Le Clerc attache une importance particulière au style tant dans la thèse française que dans la thèse latine. Pour ne prendre que l’exemple de la thèse latine, la plus complexe de ce point de vue puisque ce n’est pas langue maternelle du candidat, il se montre attaché à la langue latine de l’époque cicéronienne et dénonce des tournures trop « moyennageuses ». Il évalue dans ses rapports le degré de « latinité » de la thèse. Il dit par exemple de la thèse latine de Blanchet qu’elle est « d’une latinité pure et coulante, qui convient à ce genre d’écrire »[16]. À propos de la thèse latine de Dansin, il écrit « Les fautes de style ne sont point rares ; mais quelques passages sont assez bien écrits pour faire supposer qu’avec un peu plus de temps l’auteur aurait pu mieux profiter de l’étude qu’il a faite des bons modèles »[17]. Le rapport du successeur de Le Clerc au décanat permet de comprendre ce que ce dernier entendait par « de bons modèles » : « La latinité de cette thèse laisse à désirer : on y remarque un peu de prétention et quelquefois des phrases incorrectes ; elle se ressent trop des textes du VIe et du VIIe siècles que l’auteur a étudiés »[18]. Il n’est pas inutile de préciser que le doyen a bien conscience des difficultés qui peuvent naître de la transcription en latin de notions modernes : À propos de la thèse de Speckert « qu’il était à peu près impossible de rendre toujours avec succès, dans une langue morte, beaucoup de choses et d’expressions toutes modernes »[19].

Un verdict qui s’appuie bien sur les qualités de l’écrit, de l’oral et des deux thèses

L’attention du jury aux qualités ne doit pas faire oublier que le verdict final dépend au moins autant de la prestation orale, formulée en français pour chacune des deux thèses. Le rapport consacré à la soutenance de Potansque rappelle clairement que des thèses, bien que méritoires à l’écrit, ne garantissent pas le titre de docteur si elles sont mal soutenues :

La faculté des lettres de Paris qui a toujours établi une grande différence entre la composition des thèses et sa discussion, ces deux épreuves diverses exigées pour parvenir au même grade a déjà plusieurs fois pris le parti d’admettre l’une des deux thèses tout en rejetant l’auteur, parce que cette autre, quoique jugée propre à être discutée, avait été mal soutenue. On n’a eu le plus souvent qu’à s’applaudir de la juste sévérité de ces jugements, qui font ressortir aux yeux du candidat et la dignité du titre, le plus élevé de ceux que confèrent les universités, et l’importance d’une préparation approfondie, et la place que réclame l’art de la discussion dans les devoirs du professorat. Mieux averti du péril, mieux prémuni contre les accidents que fait naître un débat contradictoire, il se montre ordinairement, après un travail mieux dirigé, fort supérieur à ce qu’il était dans une première tentative. C’est encore ce qui vient d’arriver[20].

Toutefois, la soutenance de Charles Gouraud, une douzaine d’années plus tôt, montre qu’une bonne prestation orale peut compenser dans une certaine mesure les imperfections des écrits rendus. Le doyen Le Clerc précise à ce sujet :

Ce qui a décidé le succès du candidat, c’est la vraie instruction philosophique, la facilité précise, le ton ferme et grave, dont il a fait preuve dans les controverses suscitées, pendant plusieurs heures, par une foule de questions difficiles. Aussi la faculté a-t-elle fait connaître publiquement que c’était surtout en considération de la manière dont il avait soutenu ses deux thèses, qu’elle le déclarait à l’unanimité digne d’obtenir le grade de docteur [21].

Enfin, il reste essentiel de souligner que les mérites des deux thèses et des parties de la soutenance les concernant comptent autant l’une et l’autre : si l’un des deux écrits ou l’une des deux parties de la soutenance ne sont pas jugées probantes, le candidat peut être invité à soutenir une nouvelle fois ultérieurement la thèse défaillante s’il veut obtenir le titre de docteur. Ainsi, le doyen commence par écrire dans son rapport au sujet de la thèse française :

La seconde épreuve, sur la poésie et la poétique, a complètement échoué. De hautes prétentions à des théories originales, des propositions que les bizarreries du style rendaient encore plus singulières, n’ont été que faiblement défendues.

On n’en a pas moins reconnu les honorables efforts de travail et d’esprit qu’a dû faire le candidat pour se créer de telles difficultés.

Le Clerc conclut ensuite son rapport d’une plume tout aussi assassine : « Tout en approuvant la thèse latine sur Hermogène et la manière dont elle a été soutenue, la faculté a décidé qu’elle ajournait l’admission du candidat au grade de docteur jusqu’à ce qu’il eût présenté et soutenu une autre thèse française »[22].

Conclusion

En résumé, les rapports de Joseph Victor Le Clerc montrent bien que la faculté des lettres de Paris n’a pas attendu la Troisième République pour accoucher de travaux de premier plan dans les domaines littéraire, historique ou philosophique. Pour ce qui concerne l’histoire notamment, le doyen se montre particulièrement attentif au choix et au traitement des sources, une attitude qui ne daterait que de la Troisième République si l’on en restait aux commentaires de Louis Liard sur l’histoire de l’enseignement supérieur français[23].

Il nous reste, pour clore ce billet, à citer le rapport de Le Clerc consacré à la soutenance d’Hippolyte Rigault datant du 29 novembre 1856, afin de se faire une idée précise de ce que le doyen envisage comme un travail méritant tous les éloges :

Rechercher dans les œuvres si diverses de Lucien, et à travers toutes les fantaisies de cet esprit sceptique et railleur, quelle a pu être réellement l’opinion du sophiste de Samosate sur les philosophes, les historiens, les orateurs, les poètes, et quels principes ont paru le diriger dans ses jugements, lorsqu’il veut bien cesser d’être bouffon pour devenir juge, ce n’était point là une entreprise facile. Cette tâche a été remplie par le candidat avec toute la sagacité nécessaire dans une telle étude pour ne point confondre ce qui est sérieux et ce qui n’est que sarcasme, avec une élévation morale qui l’a rendu quelquefois, non pas injuste, mais sévère, et avec ce style toujours élégant et pur, un des premiers devoirs de quiconque voudra donner à la critique littéraire une véritable autorité.

L’autre sujet, qui est aussi une question de critique, se prêtait moins à ce qu’on appelle une thèse ; car, en le bornant même, comme on l’a fait, sans le dire dans le titre, au dix-septième et au dix-huitième siècles, ainsi qu’à la France et à l’Angleterre, comment réduire aux limites d’une discussion de quelques heures un volume de près de cinq cents pages ? Il a donc fallu choisir dans ce nombre infini d’observations de détail, qui, par la richesse des matériaux recueillis, la finesse de la pensée, l’abondance et l’éclat de l’expression, réunissent, d’un bout à l’autre du livre, l’instruction et l’agrément. On a choisi ; et, sur quelque point que se soient portées les objections, le candidat s’est trouvé prêt. Quoiqu’il eût déjà beaucoup dit dans son ouvrage, il a fait voir qu’il lui restait à dire beaucoup plus encore, et tout aussi bien. En effet, avec l’art d’écrire, s’est montré chez lui dès l’abord et a brillé jusqu’à la fin le talent de la parole, et cette parole animée, pénétrante, mais ferme et grave, qui convient à l’enseignement. De l’ampleur même des développements qui, dans ses écrits, peut sembler excessive, il fera, dans une chaire publique, une qualité de plus.

Une grande affluence de professeurs, d’amis, d’étudiants de tous les ordres, ont suivi pendant toute la journée, avec une attention persévérante, ces deux longues épreuves ; et elles seront comptées parmi les plus honorables qui aient été soutenues devant la faculté.

M. Rigault a été déclaré, à l’unanimité, digne d’obtenir le grade de docteur. Les applaudissements des nombreux auditeurs ont accompagné son nom[24].


[1] Pierre Fontanier (préf. Gérard Genette), Les Figures du discours, Paris, Flammarion, 1968, réédité en 1977, 1996 et 2009. Il s’agit d’une réédition conjointe de Les figures du Discours, le Manuel classique pour l’étude des Tropes, 1821 et Des figures autres que tropes, 1827. Joseph Victor Le Clerc, Nouvelle rhétorique française, Paris, Delalain, 1823. Même si certains professeurs de lettres utilisent le manuel de Le Clerc, il semble que le manuel de Pierre Fontanier soit beaucoup plus répandu. L’édition la plus récente de l’ouvrage de Le Clerc au XIXe siècle date de 1883 et il a fallu attendre 2018 pour qu’il soit réédité, alors que celui de Fontanier n’a semble-t-il pas cessé d’être édité depuis 1968.

[2] Lire à ce sujet Arnaud Desvignes, « La bibliothèque d’un “humaniste” à la Sorbonne au XIXe siècle : Joseph Victor Le Clerc », in Laurence Bobis, Boris Noguès, La bibliothèque de la Sorbonne, 250 ans d’histoire au cœur de l’université, Paris, éditions de la Sorbonne, 2021.

[3] Émile Egger, « Le doctorat ès lettres », Journal des Débats, 2 mai 1880. Plus généralement sur la vie de Le Clerc, on peut lire L. Bellaguet, « Discours prononcé dans la séance générale annuelle de la Société de l’histoire de France, le 8 mai 1866, par M. L. Bellaguet », in Annuaire-bulletin de la Société de l’Histoire de France, 1866, p. 68-80 ; Daniel Guigniaut, « Notice sur la vie et les travaux de Joseph Victor Le Clerc », in Compte rendu des travaux de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1866, p. 247-260 ; Ernest Renan, « Notice sur Joseph Victor Le Clerc, in Histoire littéraire de la France, Paris, Firmin Didot, 1869, t. 25, p. 9-45.

[4] Cf. Article 35 du statut sur les facultés des lettres et des sciences, 16 février 1810, in Alfred de Beauchamp, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur :  comprenant les décisions de la jurisprudence et les avis des conseils de l’Instruction publique et du Conseil d’État, t. 1, Paris, Delalain, 1880, p. 251 et art. 1 de l’arrêté du Conseil royal de l’Instruction publique sur le doctorat ès lettres, 17 juillet 1840, in Claude Jolly, Bruno Neveu, Éléments pour une histoire de la thèse, Paris, Klincksieck, p. 127.

[5] Pierre Verschueren, « Rouvrir le dossier (1) : les premiers temps du doctorat ès lettres (1810-1830) ».

[6] Ibid.

[7] Rapport daté du 22 octobre 1848, soutenance Louis Félix Speckert (1815-18 ??) le 21 octobre 1848, AN, F/17/4660. Thèse latine (TL) : De politica et sociali Bruyerii doctrina. Thèse française (TF) : De la sincérité de C. Velleius Paterculus. Tous les fonds cités dans les notes suivantes provinnent aussi des Archives nationales.

[8] Rapport daté du 23 décembre 1856, soutenance Pierre Antoine Paul Goux (1827-1904) le 23 décembre 1856, F/17/4660. TL : De Sancti Thomae aquinatis sermonibus. TF : Lérins au Ve siècle.

[9] Rapport daté du 2 avril 1856, soutenance Ernest Marie Charles Mourin (1822-1900) le 2 avril 1856, F/17/4660. TL : Quae partes fuerint episcoporum in Capetianis ad regnum provehendis. TF : La Réforme et la Ligue en Anjou.

[10] Rapport daté du 13 juin 1854, soutenance Emile Levasseur (1828-1911) le 13 juin 1854, F/17/4660. TL : De pecuniis publicis : quomodo apud Romanos quarto post Christum saeculo ordinarentur. TF : Recherches historiques sur le système de Law.

[11] Rapport daté du 31 octobre 1852, soutenance Félix Robiou (1818-1894) le 28 octobre 1852 Le Clerc, F/17/4660. TL : Aegypti regimen quo animo susceperint et qua ratione tractaverint Ptolemai. TF : De l’influence du stoïcisme à l’époque des Flaviens et des Antonins.

[12] Rapport daté du 31 juillet 1855, soutenance Joseph Christian Ernest Bourret (1827-1896), soutenance le 31 juillet 1855, F/17/4660. TL : De schola cordubae christiana sub gentis ommiaditarum Imperio. TF : L’École chrétienne de Séville, sous la monarchie des Visigoths.

[13] Rapport daté du 3 novembre 1863, soutenance Louis Léon Brédif (1835-1909) le 2 novembre 1863, F/17/4661. TL : De Anima brutorum quid senserint praecipui, apud veteres, philosophi. TF : Segrais : sa vie et ses œuvres.

[14] Rapport daté du 19 juillet 1856, soutenance Victor Honoré Guérin le 19 juillet 1856 (1821-1891), F/17/4660. TL : De ora Palaestinae a promontorio Carmelo usque ad urbem Joppen pertinente. TF : Étude sur l’île de Rhodes.

[15] Rapport daté du 28 novembre 1852, soutenance Antoine Alexis Chassang (1827-1888) le 27 novembre 1852, F/17/4660. TL : De corrupta post Ciceronem a declamatoribus eloquentia. TF :       Des essais dramatiques imités de l’Antiquité au XIVe et au XVe siècle.

[16] Rapport daté du 26 décembre 1855, soutenance Félix Antoine Blanchet (1826-1861) le 26 décembre 1855, F/17/4660. TL : De Aristophane Euripidis censore. TF : Du théâtre de Schiller.

[17] Rapport daté du 21 février 1857, soutenance Hippolyte Dansin (1824-1872) le 21 février 1857, F/17/4660. TL : De mercenariis militibus apud antiquas Graeciae civitates : a bello Peloponnesiaco usque ad Lamiaci belli exitum TF : Étude sur le gouvernement de Charles VII.

[18] Rapport daté du 8 décembre 1869, soutenance Ludovic Drapeyron (1839-1901) le 2 décembre 1869, F/17/4661 ou AJ/16/355. TL : De Burgundiae historia et ratione politica Merovingorum aetate. TF : L’empereur Heraclius et l’Empire byzantin au VIIe siècle.

[19] Rapport daté du 22 octobre 1848, soutenance Louis Félix Speckert le 21 octobre 1848, F/17/4660, op. cit.

[20] Rapport daté du 2 septembre 1865, soutenance Alexandre Postansque le 29 août 1855, F/17/4660. TL : De Marini Sanuti vita et scriptis. Sa thèse française avait été acceptée lors de sa première soutenance le 16 août 1854 mais pas la thèse latine, raison pour laquelle il représente cette seule thèse latine le 29 août 1855. TF : Théodore-Agrippa d’Aubigné : sa vie, ses oeuvres et son parti.

[21] Rapport daté du 12 août 1848, soutenance Charles Gouraud (1823-18 ??) le 12 août 1848, F/17/4660. TL : De Carneadis philosophi Academici vita et placitis. TF : Histoire du calcul des probabilités depuis ses origines jusqu’à nos jours.

[22] Rapport daté du 24 août 1845, soutenance Dominique Rebitté (1806-1896) le 23 août 1845, F/17/4660. TL : De Hermogene, atque in universum de scriptarum a technicis, apud Graecos, artium utilitate, vel inutilitate, disquisitio. TF : Guillaume Budé : restaurateur des études grecques en France.

[23] Louis Liard, L’enseignement supérieur en France. Tome premier, 1789-1889, Paris, Armand Colin, 1888 et Tome second, 1789-1893, Paris, Armand Colin, 1894. Louis Liard, Universités et facultés, Paris, Armand Colin, 1890.

[24] Rapport daté du 29 novembre 1856, soutenance Hippolyte Rigault le même jour, AN, F/17/4660.



Citer ce billet
desvignes (2023, 9 juin). Victor Le Clerc, un doyen de premier plan dans l’évolution du doctorat ès lettres. ès lettres. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oiop

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search